Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘verre’

Votre Auteur favorite est malheureusement TOUJOURS aussi débordée ! Mais il va falloir qu’elle se rebooste pour son blog moribond !

(oui oui… l’Auteur était dans les bars…. pour une bonne cause !)

carte shannon 1

Publicités

Read Full Post »

Pour virer un Maux qui ne comprend pas les phrases élémentaires de rejet telles :

  • Je ne suis pas intéressée
  • J’ai quelqu’un dans ma vie
  • Non merci
  • Vous voulez bien me laisser tranquille !
  • Cher Barman, peux-tu demander à ton client de me lâcher les bas ?

vous en arrivez parfois à faire preuve d’une imagination débordante. La raison ? Vous préférez la méthode pacifique plutôt que la bonne vieille gifle. Surtout quand vous avez un peu peur de vous en prendre une juste après.

Néanmoins, toutes les excuses n’ont pas forcément fonctionné pour autant… Et pourtant, l’impact, lié au poids des mots, était là… Les yeux des hommes s’agrandissent, s’arrondissent… Et leurs cerveaux chauffent très fort : ils tentent de trier le grain de l’ivraie.

  • « Disons que j’ai un peu peur, ce sera la première fois depuis l’opération que je fais l’amour avec un homme. La toute première fois que je saurais ce que c’est que d’avoir un vagin. Alors je me demande si je suis prêt… enfin prête ! (grand sourire) A vivre pleinement ce corps de femme pour lequel je me suis battue. Ca fait seulement deux mois…  J’avais mis six mois à bien intégrer mes seins. »
    Effet garanti. Très drôle. Surtout quand le Maux en arrive à « Je suis pas sûr de bien comprendre… »

 

  • « Je ne sais pas si j’ai le sida ou juste la syphilis… »
    Marche à tous les coups… Pour dégoûter momentanément.

 

  • « Bon, si j’ai bien compris, tu ne comptes pas me lâcher… hein ? Alors je peux appeler le barman et tu règles ma note ? Que tu serves à quelque chose au moins. »
    Généralement, c’est suffisamment vexant… Mais certains tentent alors de vous offrir un verre.

 

  • « Ecoute, à la limite, on pourrait envisager un truc. Je vais voir mon mec, oui, le barman, là, au fond, et je lui demande si ça l’intéresse, un plan à trois, pour ce soir. [V]Il est bi et t’es tout à fait son style, alors je pense que ça va le faire ! »
    [V] : Variante : « il est très jaloux, assez macho, je crois qu’il ne va pas trop apprécier. »
    La plus efficace. Vous allez voir le barman et lui expliquez brièvement que « je suis ta petite-amie car on m’emmerde ». Très drôle de voir le Maux se décomposer sous le regard du barman…

 

  • « Tout dépend. T’aimes être attaché dans une cave et fouetté ? Jusqu’au sang… Parce qu’il n’y a que ça pour m’exciter. »
    Pas à faire avec tous, évidemment… Mais ça marche pas trop mal.

 

  • « Je suis maman de quatre magnifiques petits bouts ! Le plus vieux a 7 ans ! Et on dort à cinq ensembles. Mon ex me disait que c’était très étrange… Et il disait aussi la même chose pour le lait ! Mais il n’y a pas meilleur que le lait maternel ! A 7 ans, Maximilien tète toujours ! J’aimerais bien être enceinte encore… »
    C’est généralement très drôle de voir la tête des Maux… Seul ennui, c’est que ça n’empêche pas un mec de se dire « elle est anormale, mais pour une nuit… »

 

  • « Alors, tu vois, quand je te vois, je pense tout de suite à mon ex. Ca a été horrible, il m’a quittée, hier. Il me l’a annoncé, comme ça, à la même place que toi ! Pourtant, j’ai tout bien fait ! Ca t’ennuie si je reprends tout du début ? Parce que tu vois, quand on s’est rencontré… »
    Le problème : quitte ou double, certains s’accrochent en se disant « elle a l’air désespéré, j’ai peut-être une chance ! » 

 

  • « Et juste pour savoir, tu comptes me payer combien ? Parce que là, ça fait déjà une demi-heure que je perds mon temps et quitte à faire psy, autant que ce soit rentable. »
    Petite pause après la question, vous voyez sur leurs traits qu’ils vous prennent pour une péripatéticienne et vous embrayez avec la suite. Ils apprécient généralement peu et peuvent se montrer très désagréables verbalement.

 

  • « J’ai peur. J’ai quand même été condamnée trois fois déjà pour harcèlement… Par contre, l’agression contre la copine du dernier, c’est tout à fait exagéré ! Je voulais JUSTE lacérer son cuir avec le cutter ! Elle a dit que j’avais menacé son visage… »
    Si vous le faites bien, ça fait bien fuir.

 

  • « Tu vois la jolie brune ? (oui) C’est ma copine, et elle est très jalouse. Et j’aimerais bien m’éviter une scène, en rentrant à la maison. »
    Vous aurez toujours des indélicats pour vous dire qu’ils adorent les plans à trois…

 

  • « J’ai pas nom, pas de prénom, j’ai perdu la mémoire mais je sens que j’ai toute capacité à me débarrasser d’un corps… »
    L’Auteur ne l’a pas encore expérimentée… Mais a « hâte » !

Et chaque fois qu’une phrase de secours ne fonctionne pas… N’hésitez plus, demandez de l’aide au Barman ou à vos amis !

 

Jessica Galzin-Spalke

Read Full Post »

Il est parfois très difficile de refuser de donner son numéro de téléphone… Et l’Auteur a pu s’épargner cette peine juste pour le petit test suivant, durant une semaine, du 16 au 22 juillet derniers. Non pas qu’elle avait envie de donner son numéro de téléphone mais quand un HRA a décidé de faire de vous la Nouvelle Femme de sa Vie… sa Potentielle… Compliqué de s’en débarrasser, à moins de quitter le bar/restaurant/pièce…

Et même ainsi, ils vous poursuivent dehors. L’Auteur « aime » ces Hommes qui ne savent pas quand s’arrêter. Des soirées gâchées, ce n’est pas si souvent alors ça change un peu du quotidien heureux !

Le principe est simple. La jeune femme qui a pourtant tout fait pour décourager les Hommes, après avoir été poursuivie toute la soirée « je peux prendre ton numéro, on pourrait dîner/prendre un verre… », donne finalement son numéro avec la bonne expression de visage « bon sang, si je lui donne, il va enfin me lâcher. »

Evidemment, elle ne compte jamais répondre, ou envoyer la réponse type « Je suis désolée, je ne suis pas intéressée. Bonne continuation » si un deuxième sms est envoyé.

Chers Sicaliens, n’oubliez pas que toute Femme qui a envie de vous donner son numéro le donnera sans avoir besoin qu’on le lui rappelle.

 

En combien de temps un Homme arrête de tenter de vous contacter pour… au choix :

  • Se revoir (se référer à Mini et CDC)
  • Un verre (se référer au Petit Bassiste)
  • Un dîner (se référer au Statisticien)
  • Du sexe (se référer à Ventouse)

Réponse :

  • Le Petit Bassiste 41 ans : 4 sms, trois jours
  • Le Statisticien 33 ans : 2 sms, cinq jours d’intervalle
  • Ventouse 29 ans : 5 sms, deux jours
  • Mini 21 ans : 2 sms sur une semaine et 3 autres deux semaines plus tard
  • CDC (pour Continue De Chercher) 28 ans : 2 sms, dix jours d’intervalle

Nombre de sms moyen : 4+2+5+2+3+2 = 18 divisés par 5 hommes = 3,6 sms

Nombre de jours moyen : 3+5+2+22+10 = 42 divisés par 5 hommes = 8,4 jours

Soit une grosse semaine, c’est gérable ! De manière générale, Sicaliennes, vous n’avez donc qu’à vous armer de patience quand il s’agit de fumeux inconnus.

 

AUTRE CAS

Ensuite, il y a le cas des « pas inconnus » même si fumeux. Prenons le cas précis de votre futur ex-mari qui a refusé le divorce, dont vous avez déposé la requête le 27 mars dernier, que vous avez quitté définitivement en juin avec tous vos bagages pour vous installer dans votre propre location…

Le 18 novembre 2012, il vous a menacée : « hey cocotte ! Tu reviens à la raison maintenant ! Tu dois te rendre compte que si tu continues, ton mec va te lâcher ! Ce serait quand même bête pour toi que je n’ai plus envie de toi ! »

Ce à quoi vous avez répliqué : « Je crois que tu n’as peut-être pas compris que je t’ai quitté, il y a plus de six mois. Un peu aussi pour cette raison que j’ai demandé le divorce. »

Résultat ? Votre futur ex-mari a beaucoup ri. Et il continue de tenter de vous contacter. Grosso modo, ça fait plus de six mois.

Encore une fois… Armez-vous de patience… Ne répondez plus. Et pour les cas les pires, Sicaliennes, passez par la case « prison » en vous arrêtant bien dessus, histoire de déposer une plainte pour harcèlement… Vous en avez le droit, donnez-vous les moyens de vivre en paix.

 

Jessica Galzin-Spalke

Read Full Post »