Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘sexualité’

L’Auteur aurait adoré pouvoir présenter une chronique : « Dites-nous donc qui vous dévorez et nous vous dirons qui vous êtes… » Mais, en fonction des deux règles d’usage :

  • Qui se ressemble, s’assemble
  • Les opposés s’attirent.

… de ce fait, il est assez simple de déterminer qui vous êtes, soit le miroir de votre partenaire, soit le revers de la pièce. Ou alors un chat gris… Si vous séduisez un coup votre opposé, l’autre votre miroir… Bref, au final, rien de bien intéressant et une chronique pour une fois très courte (vous n’y échapperez pas).

Ce qui est plus intéressant n’est autre que « en quelle quantité mangez-vous ? »

La raison est bien simple, surtout quand il s’agit de sexualité féminine : selon le monde entier, les Femmes ont « moins » envie que les Hommes. Et quand une Femme a « très » envie, « très » souvent… Elle est vulgairement attifée de doux qualificatifs « chaudasse » ou « salope » ou encore « nympho » (Ou « Pute »).

  • Note de l’Auteur : Tant que vous n’êtes pas rémunérée, vous n’êtes pas une prostituée.

La distinction entre la pathologie et la sensualité naturelle exacerbée –mais naturelle, l’Auteur accentue- va se faire sur votre consommation ou plutôt votre mode de consommation.

  • Si vous vous réveillez jour après jour avec un homme différent dans votre lit et que vous pensez « argh » en découvrant l’élu de la nuit, horrifiée… Vous devez avoir un problème. (L’Auteur en est même certaine, s’il n’est d’ordre sexuel, peut-être alcoolique… ou dépressif.)
  • Ensuite, si sur une semaine, vous vous réveillez sept fois avec sept amants correspondants au même profil (genre bruns, ténébreux, merveilleusement sculptés, sportifs, souvent motards, cultivés et délicieusement délicats…), vous démontrez une logique dans votre choix...  Ou  sept individus chauves et bedonnants si vous avez un faible pour ce type… Et que vous craquez irrémédiablement. (Chacun son appétit… et ses goûts ! L’Auteur préfère les siens…) Délicate frontière… Vous n’êtes pas encore sauve… Il convient que ces individus vous plaisent toujours « autant » au réveil… même s’ils peuvent s’avérer mariés, célibataires perpétuels, moins intéressés par vous etc.
  • Enfin, si sur une semaine, vous vous réveillez sept fois avec un individu différent mais toujours terriblement attirant… bon, au moins, vous choisissez !

(Remarque de l’Auteur : certaines femmes ont envie tous les jours. Réellement. Il faut juste savoir ne pas leur prendre la tête, Messieurs en couple…)

Et c’est la notion de « choix réel » qui détermine la frontière : si aucun homme ne vous attire, serez-vous capable de maîtriser votre appétit ou en serez-vous à vous convaincre qu’untel –abominable- est en fait carrément votre type ?

Il s’agit pour chacun de déterminer ses besoins physiologiques et affectifs, et dans quelle mesure vous vous respectez en tant que personne. La course à la collection d’hommes à mettre dans son lit est tout aussi ridicule que de s’astreindre au jeûne, et à la frustration. Il est aussi ridicule de se persuader, parce que vous êtes une femme que vous « aimez moins » le sexe qu’un homme, ou que vous êtes « malade » parce que vous « aimez plus » le sexe qu’un homme.

« DANS LA SOCIETE FUTURE, LA LOI DONNERA LE DROIT A LA FEMME DE PRENDRE UN AMANT NOUVEAU TOUS LES MATINS »
(Précision à propos du sous-titre, l’auteur de la citation précise « être libre de se donner, ne signifie pas encore se donner »)

Ainsi, l’Auteur choisit aujourd’hui de rendre leur confiance à toutes ces femmes « Hors Norme » qui aiment leur sexualité qualifiée de « débridée ».

Jean Novicow, membre et ancien vice-président de l’Institut International de Sociologie, a publié en 1903 aux éditions Félix Alcan « L’Affranchissement de la Femme »… Et ce Monsieur s’avère plus ouvert d’esprit que bien des hommes du XXIème siècle quant aux rapports entre la femme et sa sexualité entre autre aux pages 169-170 :

« Il semble que si une femme venait à dire « J’ai un tempérament ardent. Ce n’est pas ma faute. Il m’a été donné par la nature. Je me conduis en conséquence et je le fais au grand jour », il me semble que cette femme serait plus honnête qu’une autre s’exprimant ainsi : « Je sais que je commets une mauvaise action en trompant mon mari, mais je considère que je deviens complètement excusable, parce que je me cache ».

[…] La sensualité est un fait de l’ordre physiologique. Il y a des gens qui, par suite de la conformation de leurs organes, ont besoin de manger beaucoup et d’autres peu. […] Quand la vérité aura remplacé nos mensonges actuels, les femmes sensuelles pourront obéir à leur nature sans se cacher. Elles n’auront pas besoin alors de se dégrader par l’hypocrisie. »

Quel dommage que la planète ne compte pas plus de petits Novicow…

Gardez dans votre caboche et votre grand coeur cette idée et respectez-vous, telle que vous êtes, selon vos envies… (Ou tel que vous êtes, chers Sicaliens…) Si les hommes sont meilleurs que des croissants au petit-déjeuner, tant mieux pour vous !

 

L’APPETIT VIENT EN MANGEANT

Vous êtes en couple depuis cinq, dix, vingt, trente… Ou même plus. Vous êtes fidèles l’un à l’autre… Et sexuellement… Las. La dernière fois que vous avez couché avec votre partenaire à la vie ne se compte plus en jours, ni en semaines mais carrément en mois ?

Si le rythme vous convient, et que d’après ses propos, il convient aussi à votre partenaire… Tout va bien dans le meilleur des mondes, n’est-ce pas ? Mais si vous en êtes déçu(e)(s)… Il faut s’y remettre ! (Avec votre partenaire… quoique vous pouvez commencer à vous relancer en solitaire, pourquoi pas ?)(nous prônons dans cet article la masturbation féminine, très souvent encore stigmatisée : elle n’est ni honteuse, ni « à la mode » : juste naturelle.)

Le sexe, c’est un sport, il faut s’entraîner régulièrement… Surtout quand vous songez à tous les avantages de cette activité physique : peau et cheveux magnifiques, redécouverte de muscles oubliés – avec remise en service en douceur et massages à la clef, bon moral, retour de la confiance en votre séduction puis en votre physique… et cetera.

Vous n’êtes pas Angelina Jolie (ou l’Auteur ne sait quel mannequin à la mode), et vous pouvez vous en moquer : le propre du fantasme est de ne jamais se réaliser, vous êtes exceptionnelle du simple fait d’être réelle, libre et… très consentante. Avoir envie permet de donner envie… et plus vous le faites, plus vous aurez envie. C’est le secret.

 

Jessica Galzin-Spalke

Publicités

Read Full Post »

Aïe ! Voilà qui fait mal ! Vous avez tout pour vous : culture, beauté, style, grâce, éducation, talons 12 cm (osez contredire l’Auteur Toute Puissante…) et voici, au détour de quelque conversation, qu’un Maux vous envoie pour la euh… millionième fois de votre vie –au moins- cette vieille balle de clichés masculins sur la féminité. En pleine face. A toute vitesse.

« Tu n’es vraiment pas féminine » ou « tu ne voudrais pas agir comme une femme, pour une fois ? »

Rassurons nos Maux préférés, il existe des « Filles », des Vraies ! qui pensent tout comme eux… La grande différence entre Eux et Elles est que les Vraies Filles se contentent de déconner dans le dos des pauvres Femmes qui oseraient aventurer un pied dans le champ « naturelle ». Comme elles sont justement des « Filles », des Vraies !, il serait déplacé de faire une telle remarque à haute voix.

Or, malgré tout ce que la société voudrait nous inculquer, même la plus « virile » des femmes…

  • oui, même celle qui a du poil au menton
  • oui, même celle qui ne s’épile pas sous les bras
  • oui, même celle qui se rase le crâne et porte des débardeurs noirs pour mettre en valeur ses biceps
  • oui, même celle qui est réputée –ou très justement qualifiée de, si c’est son choix- lesbienne  avec un look camionneur
  • oui, même celle qui vit de potes virils, de foot et de bière
  • et oui, même celle qui est en petite robe noire, hauts talons, et déclare « euh… non, je n’ai pas de temps pour un Homme dans ma vie »

… est une Femme.

Avec malheureusement, pour la majorité, un cœur très très féminin puisque leur éducation est issue directement de notre charmant entourage… Et donc… un cœur à blesser.

Mais serez-vous vraiment jugée comme une Femme malgré vos seins, vos trompes, vos ovulations, vos règles ? Que nenni ! Rien que du côté vestimentaire, une Femme c’est en jupe, ou en robe, ou en pantalon à la rigueur mais bon sang ça a intérêt à être joli ou mode ! Ça doit « dévoiler » mais bon sang pas trop, c’est-y pas une péripatéticienne des fois ?!

Rembobinons les films depuis notre enfance :

  • oui, nous aurons des enfants, comme maman !
  • oui, nous aimerons nos enfants plus que tout au monde, comme maman !
  • oui, nous aimerons nos enfants comme nos baigneurs !
  • oui, maman et papa s’aiment !
  • oui, nous aussi nous rencontrerons quelqu’un comme papa !
  • oui, nous sommes des princesses comme Ariel, comme Pocahontas, comme Belle, comme – euh… l’Auteur sèche…- des tonnes d’autres princesses !
  • oui, nous aussi nous sommes jolies avec une jolie robe et un –abominable mais bon votre mère n’était peut-être pas coiffeuse- palmier avec élastique violet flashy !
  • oui, nous sommes douces et courageuses
  • oui, nous sommes prêtes à tous les sacrifices par amour
  • oui, nous sommes patientes
  • oui, nous pleurerons… mais un jour, quelqu’un verra au travers nous et nous sourirons
  • ETC

Même les parents les plus avertis et les plus ouverts éduquent de manière générale leurs enfants de sexe féminin selon les critères 1) avec lesquels ils ont été éduqués 2) qui permettront à leur enfant de s’intégrer le mieux possible dans la société dont ils sont partie intégrante. Et n’importe qui le comprend aisément !

Les critères permettant de distinguer la « Fille », la Vraie ! n’ont guère évolué depuis… extrêmement longtemps. Néanmoins, il y a eu des évolutions positives !

  • Avant, à moins d’être esclave ou pauvre, la Femme ne sortait pas de chez elle
  • Avant, à moins d’être une fille de mauvaise vie, la Femme ne sortait pas seule ni découverte (le chapeau n’a disparu qu’au cours du XXème siècle, il portait en lui une véritable symbolique distinguant le rang des Femmes)
  • Avant, à moins d’être vraiment d’une famille pauvre ou d’une famille pauvre sans être mariée ou d’une famille pauvre avec une ribambelle de gosses –enfin bref, il fallait être désespérés-, la Femme ne travaillait pas en dehors de la maison
  • Avant, à moins d’être une sacrée féministe ou d’une famille sacrément riche, la Femme n’avait pas de compte en banque personnel sans l’autorisation de son père ou de son mari (1967)
  • Avant, si elle n’avait pas la « chance » d’être stérile, la Femme n’avait aucun moyen de contrôler « pleinement » la contraception

La Femme Française – ou des pays industrialisés riches du Nord- peut aujourd’hui sortir –wouhouh !- sans son père, sans sa mère, sans une demoiselle de compagnie, sans son frère, sans son cousin, sans son fiancé, sans son mari. Elle peut même travailler ET conserver ses gains – youpi ! Elle peut même refuser de rester avec une personne -noooon ! et si et si ma bonne dame ! – et elle peut –incroyable mais vrai- se prémunir contre les grossesses non désirées !

Mais « ça », ce n’est pas la Femme… Non, c’est une Femme Stand-by.

Définition du dictionnaire sicalien

  • Femme Stand-by : une Femme sans Homme n’est pas une Femme « complète ». Pour notre société, la Femme n’est Femme dans toute sa splendeur et son accomplissement qu’accompagnée d’un Homme. Sans Homme, la Femme est en Stand-by,  par conséquent dans l’attente du Premier, du Prochain, du Messie.

Car, malgré tous ces progrès… L’image de la Femme –la « Fille », la Vraie ! – est restée telle que la décrive les poètes enflammés de l’Amour Courtois – même s’il s’agit d’une femme mariée et d’un amour platonique… Preuve une nouvelle fois que les hommes n’aiment courir qu’après ce qu’ils n’obtiendront jamais.

La Femme est donc douce, timide, modeste, calme et sait « parler quand il le faut » ou « faire croire qu’une de ses bonnes idées était en fait l’idée de quelqu’un d’autre ». La Femme aime les roses, les parfums suaves et sucrés, la poésie ET les films romantiques.

Parce qu’une Femme sans amour, une Femme sans Homme, c’est une Femme qui se nourrit par intraveineuse des histoires d’Amour des autres. La Femme attend l’Homme avec lequel sa vie pourra enfin débuter ! Ou au moins commencer de débuter. Et l’Homme recherche certaines choses…

La Femme fait des blagues carambars à la limite, surtout si elle veut démontrer à l’Homme qu’il lui est supérieur. Parce qu’un Homme, c’est quand même lui, le futur Papa, qui ne changera pas les couches mais qui devra passer pour un personnage important. Allez, rassurez-vous, elle a le droit à quelques jeux de mots de bon ton… Ensuite, les blagues ayant rapport au sexe, à la capacité masculine ou aux comportements séducteurs et reproducteurs sont à éviter !

La Femme est une future mère, certes, mais attention : elle en reste de façade aux choux et aux fameuses roses. La Femme est une Mère, pas un individu sexué qui aime jouir cinquante fois dans les bras d’un amant.

Bref, la société et les Maux encensent une Manipulatrice de Génie qui SURTOUT SURTOUT SURTOUT ne se fait JAMAIS prendre la main dans le sac !

Il s’agit donc pour toute aspirante « Fille », la Vraie ! :

  • De ne jamais dire qu’elle déteste les mioches
  • De ne jamais dire qu’elle n’a aucune envie de se marier… et s’installer avec un mec ? Euh… elle préfère chacun son appart
  • De ne jamais dire qu’elle va se faire prendre par trois mecs dans le week-end
  • De ne jamais dire qu’elle est bien, seule
  • De ne jamais dire qu’elle gagne bien sa vie, elle n’est pas inquiète… ben euh non elle ne voit pas en quoi un Homme dans sa vie lui permettrait de…
  • De ne jamais dire qu’elle reste super pote avec ses ex
  • De ne jamais avoir un fou rire monumental sur « Silanus […] l’aimait » (Britannicus)
  • De ne jamais vouloir s’entendre bien avec des inconnus juste comme ça parce que « ah bah la soirée est cool, ils sont cool »
  • De ne jamais crier après son mec
  • De ne jamais même élever la voix lors d’un débat houleux
  • De rougir quand on la siffle
  • De rougir en baissant les yeux quand on l’insulte
  • De ne pas mettre un direct du droit dans la figure d’un/une opposant(e)
  • De garder pour elle chaque fois qu’on lui fait du mal
  • De pleurer en silence pour les choses importantes
  • De pardonner sans reprocher chaque fois qu’on lui fait du mal
  • De pleurer bien fort quand elle se casse un ongle
  • De se faire réconforter par un Homme pour son ongle, elle qui est si fragile
  • De demander de l’aide
  • De demander la protection de bras forts

Pour toutes celles qui ont le malheur de ne pas avoir le moins du monde envie de s’enquiquiner à se taire, à cacher etc… qui ont le désir d’être elles-mêmes…

A ceux qui vous condamneront : qu’ils cessent de complexer et d’emmerder le monde !

A vous, l’Auteur l’écrit en gras : VOUS ETES DES FEMMES, DES FILLES, PARFAITES TELLES QUE VOUS ETES ! Et bon courage.

Jessica Galzin-Spalke

Read Full Post »

La question de l’Internaute Inconnu interpelle évidemment. L’Auteur a choisi d’estimer que l’interrogation était issue d’un Maux plutôt que d’une Femme pour la raison toute simple qu’elle a décidé d’entretenir un climat de positivité -un Homme cherche à faire le Bien : donner un orgasme éblouissant. C’est un peu moins gai quand on se dit que c’est une jeune femme perdue qui désespère de voir partager avec son Homme ce qu’elle obtient si aisément de son sextoy…

  • Troisième réponse de l’Auteur :

Un homme est même en mesure de donner des orgasmes bien plus forts que ceux procurés par un sextoy…

Du moment qu’il a suffisamment de respect pour sa/son partenaire –c’est-à-dire même pour un coup d’un soir, des amants ont à cœur de partager sexuellement une réelle expérience épanouissante, suffisamment d’amour pour sa/son partenaire, suffisamment d’amour propre pas mal placé pour ne pas s’intéresser qu’à son plaisir et suffisamment de sensibilité pour être à l’écoute du corps de sa/son partenaire.

A savoir, le sexe étant une activité qui se pratique généralement à deux –nous mettons l’onanisme à part ainsi que les triolismes et plus-, pour un orgasme réussi, il faut aussi être deux à le vouloir. Si le/la partenaire ne fait pas l’effort de communiquer ou de guider… Si l’homme ne fait pas l’effort de ne pas se vexer…

Qu’à deux vous employez un sextoy ou non, le plus important à considérer pour l’Homme n’est pas le moyen pour la Femme d’accéder à l’orgasme… Mais l’orgasme auquel vous souhaitez que la Femme arrive. (Le raisonnement est le même pour la Femme, quand elle désire mener l’Homme à l’orgasme)

En tant qu’Homme, qu’est-ce qui est le plus important pour vous :

  • Que vous fassiez jouir votre partenaire ?

OU

  • Que votre partenaire jouisse ?

La nuance est subtile… et fait une sacrée différence. Posons la question différemment : faut-il réellement que votre partenaire jouisse de votre verge ou de vous tout entier ?

Et c’est assez simple à comprendre : selon les calculs sociétaux :

  • Orgasme = VeVa
    Traduction française : l’orgasme le plus « merveilleux » connu par un Homme et une Femme se trouve par l’action d’une verge (Ve) dans un vagin (Va).

Pourtant, dans la pratique, combien d’hommes préfèrent éjaculer dans la bouche (ou autre) de leur partenaire plutôt que dans son vagin (ou autre) ? Même chose pour les femmes dès lors : pourquoi devraient-elles trouver plus intense un orgasme par coït vaginal ou forcément connaître un orgasme par coït vaginal ?

Pourquoi devrait-il n’y avoir qu’un moyen ?

Dans la réalité, les calculs sont bien plus complexes :

  • Orgasme=[ [(A+Ve)(D + C)- ( B + L)][(B + Ve + caresses)(S Ve)+(Ve Va)(D + C)]/ épuisement] x (émotions + état d’esprit)

OU

  • Orgasme = (VeVa) [(D + C + S)( B + Ve + T)( B + L)]-[ Sextoy² (Caresses x S x A) / épuisement] + [émotions (La + P) (B x B)]

OU

  • Plein d’autres…
  • Traduction française sommaire pour ne pas être vulgaire : A : anus, B : bouche, C : clitoris, D : doigt, L : lèvres féminines, La : langue, P: peau, S : seins, T: testicule

Vous l’aurez compris, en fait :

  • Orgasme = ce que vous voulez qui vous y mène

Cessez de penser que parce que votre partenaire ne jouit pas sous votre coït, c’est que vous vous y prenez mal… Enfin, peut-être pas dans les premiers temps… Vous aurez beau avoir eu des partenaires satisfaites auparavant, les goûts de l’actuelle peuvent être différents, dans le rythme, la profondeur, la régularité… Néanmoins, après des périodes d’efforts et de tentatives diverses et variées, sortez des lieux communs.

Ou cessez de les ignorer car… Il est communément admis que les femmes sont majoritairement clitoridiennes. Aussi faut-il penser souvent « autrement » la sexualité qu’en termes de copulation basique.

Demandez à voir votre partenaire se toucher… Beaucoup sont encore réfractaires à l’idée de partager ces instants, très intimes, alors demandez à votre partenaire de se toucher pendant que vous la/le prenez. Ou demandez-lui de prendre votre main et de vous utiliser comme elle le ferait avec son sextoy, sachant que contrairement à Sextoy, vous pouvez lui exprimer votre désir, votre envie et votre plaisir de la voir jouir et que ça, dans le genre « stimuli » efficaces…

La plus value de l’Homme sur le Sextoy dans l’intensité de l’orgasme réside dans l’émotion qu’il va créer chez la Femme au moment de la porter à la jouissance. Elle doit alors se sentir unique, belle, excitante, respectée, en confiance, aimée dans certains cas, ou dans une réciprocité passionnelle.

Il s’agit pour l’Homme de démontrer à la Femme que son orgasme n’est pas une obligation, qu’elle doit atteindre pour satisfaire son ego, ou pour correspondre à la « normalité »… Son orgasme est un fantasme à lui seul, et c’est la raison pour laquelle l’Homme désire le voir s’épanouir chez sa/son partenaire.

Quoi de plus jouissif pour une Femme qu’un Homme qui veut la voir au plus naturel parce qu’il sait combien il aura plaisir –émotionnellement et sexuellement- de la voir jouir ? Quoi de plus jouissif pour une Femme de savoir qu’elle offre une jouissance à un Homme « simplement » en jouissant ?

  • Deuxième réponse réflexe de l’Auteur :

Encore heureux, Messieurs ! Sinon, les femmes s’enquiquineraient vraiment inutilement pour trouver/rencontrer/conserver leurs mecs ! Oui, car 99,99 % des femmes n’ont pas la chance de tomber sur un milliardaire – l’argent étant une assez bonne raison de s’accrocher à une personne en ces temps d’ère glaciaire économique.

  • Première réponse réflexe de l’Auteur à cette question :

Non, Messieurs, et c’est la raison pour laquelle vous serez tous remplacés par des sextoys. D’autant que l’Auteur a déjà fait démonstration de la supériorité au quotidien de Sextoy.

Jessica Galzin-Spalke

Read Full Post »

  • Pourquoi faut-il forcément préférer dominer sexuellement pour être considérée comme une femme libérée ?

Aujourd’hui, si vous interrogez les femmes, elles vous répondront que oui elles sont sexuellement épanouies, et que si elles le sont, si elles ont des orgasmes c’est grâce à cette position miracle « au dessus au dessus ! ». Tous les tests prodigués nous l’affirment : vous avez obtenu le maximum de points en sélectionnant : « j’utilise des sextoys », « j’applique tous les conseils et jeux sexuels des numéros spécial sex’ », « ma position préférée : au dessus ».

Ainsi, dominer est ce qu’il y a de plus jouissif. Du moins, si nous en croyons tous nos magasines et notre société en général…

Donc, pas de bol ! Vous qui obtenez presque tous les soirs (vous restez un être humain, parfois, vous dormez quelques heures !) un orgasme qui vous laisse pantelante et le cœur battant la chamade, vous avez à peine obtenu la moyenne ! Et encore, plutôt laborieusement : vous avez changé une ou deux réponses sur lesquelles vous aviez hésité (oui le mois dernier il est parti trois jours en déplacements vous avez alors craqué pour des boules de geisha, mais depuis son retour elles reposent en paix) avant de découvrir le résultat sans appel : VOUS êtes nulle au pieu !

Oui, vous n’aimez pas dominer. Enfin, euh…Vous ne détestez pas non plus, avouez ! Mais il faut bien avouer que l’Orgasme, vous l’aimez avec un torse puissant sur votre poitrine ou sur votre dos et le souffle chaud de votre homme sur la joue ou dans le creux de votre cou. Vous aimez entendre que vous l’excitez et lire sur ses traits son plaisir.

Bref, grâce à ce magazine, vous qui avez sélectionné « non, ma position préférée n’est pas l’amazone », vous savez dorénavant que vous êtes archi plan-plan et nulle.

Vous avez d’ailleurs déçu beaucoup de gens. Jusqu’à une certaine date, quand les conversations glissaient vers la sexualité, vous parliez librement. Jusqu’au jour fatidique où…en entendant vos amis vous avez soudain compris qu’ils avaient une image de votre sexualité pour le moins débridée. Pour eux, vous êtes la Femme Fatale par excellence, la Dominatrice dont tout le monde rêve, la femme libérée sexuellement que nous avons établie comme idéal féminin à atteindre !

Vous regardez autour de vous et vous vous dîtes que vous n’avez jamais raconté

  • de mensonges,
  • de telles confidences (il y a une limite mine de…),
  • que la vérité, hein ? Il n’y pas eu de moments où vous avez voulu épater la galerie ?

Il vous faut rétablir votre image.

« Je crois que vous vous faîtes de fausses idées en fait. J’adore ma sexualité mais euh… non, je n’ai pas de tenue en latex rouge. Franchement, pour rentrer dedans !! Bon, la cravache c’est amusant, mais ça vous éclate tous les vaisseaux et c’est une fois par an ! Et franchement, être au  dessus, oui, c’est cool, point ! »

Aïe ! Vous avez fait voler en éclats, en moins de deux minutes, tous les fantasmes de votre auditoire ! Et vous qui étiez la référence, celle qui était un exemple d’épanouissement, perdez votre place : une pantouflarde du sexe nouvellement intronisée.

Bon, finalement, ça a bien tourné parce que vos amis se sont soudain sentis vachement mieux dans leur sexualité propre. « Aaah ! C’est vrai ? Mais pourtant, tu l’as fait un peu partout ! » Oui, enfin, ce n’est pas parce que vous l’avez fait dans divers escaliers, piscine, voiture, champs etc, que vous allez décréter qu’il y a mieux qu’un lit douillet !

Las : Pourquoi !!!! Mais Pourquoi !?!?! Pourquoi n’avez-vous pas la chance de pouvoir être considérée comme une femme épanouie !? Pourquoi tant de femmes sont-elles déconsidérées sexuellement du moment qu’elles ne sont pas plus accro à la domination !

XXIe siècle. Malheureusement, ce n’est toujours pas l’extase relationnelle entre hommes et femmes. Plus encore, nous sommes dans une société où femmes et hommes sont censés être à égalité, devant la loi en tout cas. Néanmoins, nous savons tous que l’égalité est biaisée. Non seulement à la maison mais au travail. La femme est une mère, presque effacée par ce rôle ; l’homme quant à lui réussit parfaitement à faire comprendre qu’il n’est père qu’après être homme.

Bref, tel n’est pas le débat du jour. Mais nous sommes dans un contexte relationnel homme/femme- femme/homme tendu dominant/dominé. Nous accordons pleinement le fait que la sexualité et une grande part de sa jouissance découlent directement de cette idée. Le jeu de rôle dominé/dominant est primordial à l’effet fantasmagorique sur nos sens.

Nous ne vivons plus pour survivre mais pour dominer…êtres humains « raisonnables » peut-être mais à l’instinct animal toujours surprenant.     Pourquoi dominer ? Parce que la domination nous semble être la place la plus confortable. Elle nous assure la délégation des tâches plutôt que d’avoir à nous en charger. Dominer nous parait synonyme de « liberté ». Nous sommes libres puisqu’on ne peut nous contraindre à obéir. Dominer est contraindre. Dès lors que nous contraignons, nous ne sommes pas nous même contraint(e)s puisque telle est notre fonction ou potestas.

Ainsi, la femme qui domine lors de l’acte sexuel s’affranchit de la contrainte sociale quotidienne qu’elle subit. Comme elle est enfin libre puisque dominatrice, elle peut jouir en toute possession de sa personne.

Or prenons à présent le cas d’une femme qui domine quotidiennement. Oui, il existe des femmes qui dominent. Elles maîtrisent leur environnement ou une part qui leur est la plus importante, parfois sans vrai calcul, surtout de la discipline. Ces femmes sont bien entendu usuellement détestées.

Confiantes dans leur aptitude à plaire, voire belles,  elles attirent sans effort la gente masculine. Que ce soit pour leur tenir la porte, leur céder le passage ou leur sourire béatement un matin où elles se demandaient si leur nouveau rouge était une bonne idée.

Elles ont des enfants ? Ils sont magnifiques. Bonjour-Merci-Au revoir avec le superbe sourire sincère, quand les vôtres courent dans tous les sens en hurlant combien « Machin m’a pincé fort ! ». De un à sept enfants, de un mois à 20 ans,  elles sont toujours bien fringuées ET propres. Pas de morve essuyée lors du « câlin-mouchoir-vivant-maman » ni de mains poisseuses du goûter venues serrer la pince au pantalon.

Ce n’est peut-être que l’apparence de la réussite. Mais même si vous l’ignorez et …

  • qu’effectivement elles ont du se changer quatre fois avant d’arriver chez vous, sachant que la petite a vomi sur le trajet mais qu’elles avaient prévu un pantalon de rechange
  • qu’effectivement l’industrie cosmétique de luxe a créé un anticernes béni des dieux pour faire un teint superbe après une nuit blanche pour rectifier le rapport
  • qu’effectivement les talons dix centimètres font 73% du boulot pour elles auprès des mecs

…le fait que vous les voyez comme des Femmes Parfaites de toute manière marque leur domination.

Au moins sur vos esprits. Elles sont donc dominantes. Dans leur couple aussi, mais toujours de manière subtile, dominantes car elles convainquent leurs hommes qu’ils font ce qu’elles veulent par le grand hasard qui voudrait qu’ils veulent aussi faire ce qu’elles leur demandent avant qu’elles le leur aient demandé.

Elles sont donc parfaites à vos yeux puisqu’elles réussissent à dominer toutes les sphères que vous aimeriez dominer.

  • Question : Une femme dominant sa vie, au moins en apparence, jouira-t-elle aussi de dominer son partenaire sexuellement ?
  • Réponse : Oui.

Mais jouira-t-elle aussi agréablement de pouvoir se laisser aller, de se laisser enfin dominer par une personne, de ne plus avoir à se contrôler en permanence pour apparaître parfaite et être considérée comme un modèle ? Jouira-t-elle plus d’avoir l’impression de se retrouver en tant que « elle personnelle », en laissant tomber son masque de dominante parfaite ?

Il semble bien que le sentiment de liberté qu’elle acquiert alors en s’extirpant de son carcan de perfection rejoigne le sentiment de liberté qu’éprouve une personne écrasée par la hiérarchie ou la famille pesante lorsqu’elle peut enfin accéder à la domination.

L’Orgasme est une question de relaxation, d’atteinte par un corps et un esprit d’une liberté qui permet à la femme d’être naturelle pendant des ébats consentis. Dominée ou dominatrice.

Aussi Ô Dominées sexuelles, déculpabilisez-vous ! Loin d’être coincées, vous affirmez que vous avez le choix. D’être ou non dominées, selon votre bon plaisir.

 Jessica Galzin-Spalke

 

Read Full Post »