Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘enfant’

Il y a des fois, en tant que parent, où vous vous sentez très petit par rapport à votre enfant…

« Non, vois-tu mon amour, si je t’ai emmené voir cette dame, la pédopsychiatre, c’est parce que je m’inquiète. Je sais que tu me dis que tu vas très bien, que tu me dis que tu vis bien le divorce…

-Oui, maman, tu sais, si tu veux divorcer, tu en as le droit. Si tu veux te remettre avec papa, tu le fais aussi. Ça ne me regarde pas, je suis un enfant..

-Je sais que tu respectes mon choix, mon amour, et je t’en remercie pleinement. Et bien évidemment, tu as tout à fait raison, le divorce se passe juste entre mon mari et moi. Ca ne change rien entre toi et moi, et ton père et toi. Justement, vois-tu, parce que tu es un enfant… je ne sais pas si tu t’exprimes clairement réellement. J’entends par là que tu as toujours été très raisonnable… Je m’inquiète donc du fait que tu exprimes… euh…  euh.. des choses comme « j’en ai marre ! j’ai mal ! » que tu voudrais partager mais tu aurais peur de faire du mal à ta mère ou autre parce que ça irait dans un sens différent de…

-Tu veux parler de mes émotions ?

-Oui ! C’est ça ! De tes émotions. Tu sais, c’est bien, d’être raisonnable, c’est bien, la raison, mais je veux que tu saches que tu peux tout me dire. Même si je ne serais pas d’accord ou blessée. Parce qu’un enfant ne blesse jamais sa mère. Une mère est bien plus blessée d’être ignorante d’une blessure que de pouvoir agir !

-D’accord, maman. Mais tu sais, mes émotions vont aussi bien que ma raison. »

 

Chères Sicaliennes, chers Sicaliens, parfois, parfois, arrêtons de penser pour les autres et vivons simplement les événements, sans chercher midi à quatorze heures !

L’auteur espère revenir un peu plus régulièrement… mais ne promet rien tant qu’elle ne l’aura pas fait !

 

Read Full Post »

Alors attention à toutes les mères potentielles qui envisageaient d’avoir des enfants : pas la peine de vous bousiller le ventre si vous êtes moches ! « Certaines personnes » ne vous en voudront pas de vous abstenir !

Il était une fois une jeune femme qui ne veut pas d’enfant. Ça arrive. Elle n’est pas forcément butée : « Je n’en sais rien, dans dix ans, peut-être que je changerais d’avis. Mais pour l’instant, je n’y crois pas le moins du monde ! »

  • Là, une amie, maman déjà, lui sort : « Mais enfin tu ne peux pas ne pas avoir d’enfant ! Quand on est belle comme toi, c’est criminel ! »

Par conséquent, Mesdames, vous l’aurez compris, les critères actuels pour vous lancer dans la maternité ne sont plus :

  • Le désir de donner à un enfant
  • Le désir de recevoir d’un enfant
  • Le désir de s’occuper d’un enfant
  • La volonté d’élever un enfant
  • La volonté d’offrir à son enfant ce qu’il y a de mieux selon certains critères moraux, vos critères puis les siens
  • La volonté d’en faire un individu autonome et indépendant

Non. Il s’agit de savoir si vous êtes dignes physiquement d’enfanter. Alors rappelons quand même au monde entier que vous êtes deux pour vous reproduire et que malheureusement la beauté n’est pas génétiquement forcément mise en avant ! Et plus : deux personnes socialement considérées laides peuvent avoir de véritables canons comme enfants !

Par ailleurs, la question véritable est de se demander pourquoi nous devrions avoir des enfants. En effet, nous avons l’impératif primitif de la reproduction de l’espèce. Néanmoins, nous ne pouvons pas dire que l’être humain est en voie d’extinction… à moins que nous n’ayons manqué les appels de nos démographes mondiaux, qui semble-t-il à l’Auteur, exhortent pourtant à penser à l’épuisement des ressources en eau potable !

Seuls les démographes nationaux, pour la sauvegarde de notre système de retraire, exhortent les couples au renouvellement des générations… Bref, une conception purement économique…

Voici une jeune femme active, autonome et indépendante, saine d’esprit, qui déclare ne pas vouloir d’enfant parce qu’elle ne se sent ni désir ni volonté maternels. En quoi cette assertion pourrait-être choquante ? En voilà une qui ne fait aucun mal à aucun enfant ! Félicitations, Mademoiselle !

  • « On ne peut pas ne pas vouloir d’enfant ! C’est merveilleux ! »

La jeune femme adore les enfants. Et les enfants le lui rendent bien. Néanmoins, nous pourrons dire ce que nous voulons mais les enfants des autres, ça facilite vachement l’entente quand il ne faut pas s’en occuper 24H/24 !

Un enfant n’a pas à se prêter à une expectative physique, ni psychologique de la part de ses parents. Il ne nait pas du désir de représentation et de réponse sociale des parents. Pourtant, aujourd’hui encore, certaines femmes se révèlent être des mères malheureuses qui ont le sentiment de se sacrifier pour le bonheur de leur(s) enfant(s). Elles les aiment, sans doute. Elles ne sont pas forcément des mères indignes.

Cependant, sont-elles épanouies dans leur rôle maternel ? Souvent non. La raison n’est pas qu’elles ne voulaient pas d’enfant mais qu’elles se sont laissées dépassées par les obligations sociétales et qu’elles n’ont pas choisi le bon moment pour devenir mère. Voire qu’elles sont devenues mères quand elles ne l’auraient pas dû avec un peu de jugeote.

Si plus de gens réfléchissaient avant de faire des enfants, bon nombre d’enfants seraient bien plus heureux. Et bon nombre de « non-parents » aussi. Alors, il est temps que le gouvernement lance une campagne de sensibilisation : ils sont faits pour être aimés, si vous n’en voulez pas, n’en faite pas !

Un bébé doit naître de la volonté de deux êtres qui veulent concrètement changer les couches d’un monstre dont les sels liquides donneraient des cauchemars à la plus sainte des mères, sont prêts à se faire vomir dessus quand l’enfant sera malade, se motivent pour être d’attaque dès 6h30 du matin au réveil de leur petit bout afin de pouvoir lui répondre même quand ils seront sur les rotules.

Il convient de ne pas oublier que, malgré l’importance de l’éducation qui suit, l’enfant est une entité pensante dès qu’il sort du ventre de sa génitrice, pas une poupée. L’enfant est un être humain, non un objet. Des parents ne peuvent le déposer dans un coin du salon et l’oublier quelques heures ou quelques jours durant… Bête, hein ?

Si l’enfant est le plus beau des cadeaux, il est parfaitement empoisonné ! Il vous fera trembler de peur, il vous épuisera et prendra son envol ! (Bon, remarquez, le coup de l’autonomie, c’est le bonheur !) Alors tenez bon tant que vous n’êtes pas sûre à 500 % !

C’était le coup de gueule sicalien en soutien à toutes les femmes enquiquinées par leurs famille, belle-famille, amis, collègues, connaissances, voisins etc !

  • Enfin, à votre amie, vous pouvez aussi lui glisser discrètement qu’elle a bien eu de la chance que ses mômes aient pris de leur père… quand même…

Jessica Galzin-Spackle

Read Full Post »