Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Justifions nos vies…’ Category

La « Non-Séduction » est un paradoxe quand vous songez qu’il s’agit finalement du moyen de « séduire le plus durablement une personne »…  Ah ! L’Auteur imagine vos yeux ronds ! Quand il s’agit de « séduction », tout le monde souhaite avoir les trucs et astuces afin de pouvoir rencontrer une personne et la séduire avec la gloire absolue.

Bien évidemment, majoritairement, aux premières lignes de la réponse, vous pousserez un grognement de frustration en lisant : « soyez naturelle/naturel ».

Il n’y a cependant pas de meilleur conseil à donner ! Et vous pouvez en croire l’Auteur, expérimentée dans ce processus superbe qui est celui de la « non-séduction » ayant pour effet finalement de séduire. Seul hic pas très négligeable de la « non-séduction » et du « naturel », c’est le côté « maîtrise de la cible » ! Et non seulement « maîtrise de la cible » mais euh… juste « toucher la cible ».

Définition du dictionnaire sicalien :

  • Non-Séduction : processus de libération de votre personnalité dans le seul but d’être vous-même, pleinement. Vous ne devenez ni acariâtre, ni désagréable, ni même complètement à l’ouest ou encore bisounours, juste une personne décidant de s’assumer pour son plus grand bonheur. Ce processus est paradoxal car à force de ne vouloir séduire que vous-même, vous êtes certain(e) de ne séduire un tiers que pour vous-même.

Cas concret 

Si vous rencontrez un photographe, les théories de séduction vous orientent immédiatement vers le principe fondamental du « je te montre que je m’intéresse à ce que tu fais pour que tu saches a minima que je m’intéresse à ce qui te touche, et par extrapolation à toi ».

Et dès lors, vous vous dites « tiens, je peux lui proposer l’expo de Bidule-trop-connu ou le vernissage de l’Autre-dont-le-nom-m’échappe »

Or dans le processus sicalien de « non-séduction », vous ne direz que ce que vous pensez exactement :

  • Je n’ai jamais eu aucun intérêt pour les photos [(mais j’adore votre sourire) et j’oserai jamais le dire]
  • Je n’y connais rien en photo mais je suis curieuse, vous avez des trucs à me recommander ? [(et j’adore votre sourire) et j’oserai jamais le dire]
  • Ouah ! J’adooooooooore faire des photos !!!! [(et ton sourire !) mais je pense tellement fort que je n’ai pas besoin de le dire]

Nous reconnaissons qu’au « je n’ai aucun intérêt », il risque d’être un peu compliqué pour la « cible » de comprendre que vous vous intéressez à elle, surtout si vous n’êtes pas du genre à rajouter le fameux « mais j’adore votre sourire » qui rééquilibrerait pourtant l’échange.

Pour ce qui est de faire comprendre à la cible, si jamais vous deviez finir par en établir une, qu’elle est la cible… Vous pouvez simplement exprimer votre envie de faire plus ample connaissance. Et plus si affinités.

Et si jamais vous avez des doutes, les Maux sont rarement des êtres d’une telle complexité qu’ils passent rarement des heures à vous écouter discuter s’ils n’ont pas –quelque part, tapie sous des milliers d’autres choses- une petite idée derrière la tête… (Le premier Sicalien qui nie a intérêt à avoir une sacrée argumentation ! rires  de mauvaise foi sicalienne assumée !)

 

Le principe

Vous avez envie de simplicité et franchise. Vous n’avez pas de temps à perdre, autre que pour du plaisir. Vous n’avez pas envie de faire perdre du temps à un Maux qui vous prendrait pour quelqu’un d’autre avec d’autres envies. Vous n’avez pas envie qu’un Maux puisse confondre vos opinions avec celles qu’il pourrait espérer. Bref, vous vous acceptez aussi suffisamment pour savoir vous intéresser aux autres sans vous perdre de vue.

Et c’est primordial, pour vous. Aussi pour l’Autre.

Read Full Post »

L’Auteur aurait adoré pouvoir présenter une chronique : « Dites-nous donc qui vous dévorez et nous vous dirons qui vous êtes… » Mais, en fonction des deux règles d’usage :

  • Qui se ressemble, s’assemble
  • Les opposés s’attirent.

… de ce fait, il est assez simple de déterminer qui vous êtes, soit le miroir de votre partenaire, soit le revers de la pièce. Ou alors un chat gris… Si vous séduisez un coup votre opposé, l’autre votre miroir… Bref, au final, rien de bien intéressant et une chronique pour une fois très courte (vous n’y échapperez pas).

Ce qui est plus intéressant n’est autre que « en quelle quantité mangez-vous ? »

La raison est bien simple, surtout quand il s’agit de sexualité féminine : selon le monde entier, les Femmes ont « moins » envie que les Hommes. Et quand une Femme a « très » envie, « très » souvent… Elle est vulgairement attifée de doux qualificatifs « chaudasse » ou « salope » ou encore « nympho » (Ou « Pute »).

  • Note de l’Auteur : Tant que vous n’êtes pas rémunérée, vous n’êtes pas une prostituée.

La distinction entre la pathologie et la sensualité naturelle exacerbée –mais naturelle, l’Auteur accentue- va se faire sur votre consommation ou plutôt votre mode de consommation.

  • Si vous vous réveillez jour après jour avec un homme différent dans votre lit et que vous pensez « argh » en découvrant l’élu de la nuit, horrifiée… Vous devez avoir un problème. (L’Auteur en est même certaine, s’il n’est d’ordre sexuel, peut-être alcoolique… ou dépressif.)
  • Ensuite, si sur une semaine, vous vous réveillez sept fois avec sept amants correspondants au même profil (genre bruns, ténébreux, merveilleusement sculptés, sportifs, souvent motards, cultivés et délicieusement délicats…), vous démontrez une logique dans votre choix...  Ou  sept individus chauves et bedonnants si vous avez un faible pour ce type… Et que vous craquez irrémédiablement. (Chacun son appétit… et ses goûts ! L’Auteur préfère les siens…) Délicate frontière… Vous n’êtes pas encore sauve… Il convient que ces individus vous plaisent toujours « autant » au réveil… même s’ils peuvent s’avérer mariés, célibataires perpétuels, moins intéressés par vous etc.
  • Enfin, si sur une semaine, vous vous réveillez sept fois avec un individu différent mais toujours terriblement attirant… bon, au moins, vous choisissez !

(Remarque de l’Auteur : certaines femmes ont envie tous les jours. Réellement. Il faut juste savoir ne pas leur prendre la tête, Messieurs en couple…)

Et c’est la notion de « choix réel » qui détermine la frontière : si aucun homme ne vous attire, serez-vous capable de maîtriser votre appétit ou en serez-vous à vous convaincre qu’untel –abominable- est en fait carrément votre type ?

Il s’agit pour chacun de déterminer ses besoins physiologiques et affectifs, et dans quelle mesure vous vous respectez en tant que personne. La course à la collection d’hommes à mettre dans son lit est tout aussi ridicule que de s’astreindre au jeûne, et à la frustration. Il est aussi ridicule de se persuader, parce que vous êtes une femme que vous « aimez moins » le sexe qu’un homme, ou que vous êtes « malade » parce que vous « aimez plus » le sexe qu’un homme.

« DANS LA SOCIETE FUTURE, LA LOI DONNERA LE DROIT A LA FEMME DE PRENDRE UN AMANT NOUVEAU TOUS LES MATINS »
(Précision à propos du sous-titre, l’auteur de la citation précise « être libre de se donner, ne signifie pas encore se donner »)

Ainsi, l’Auteur choisit aujourd’hui de rendre leur confiance à toutes ces femmes « Hors Norme » qui aiment leur sexualité qualifiée de « débridée ».

Jean Novicow, membre et ancien vice-président de l’Institut International de Sociologie, a publié en 1903 aux éditions Félix Alcan « L’Affranchissement de la Femme »… Et ce Monsieur s’avère plus ouvert d’esprit que bien des hommes du XXIème siècle quant aux rapports entre la femme et sa sexualité entre autre aux pages 169-170 :

« Il semble que si une femme venait à dire « J’ai un tempérament ardent. Ce n’est pas ma faute. Il m’a été donné par la nature. Je me conduis en conséquence et je le fais au grand jour », il me semble que cette femme serait plus honnête qu’une autre s’exprimant ainsi : « Je sais que je commets une mauvaise action en trompant mon mari, mais je considère que je deviens complètement excusable, parce que je me cache ».

[…] La sensualité est un fait de l’ordre physiologique. Il y a des gens qui, par suite de la conformation de leurs organes, ont besoin de manger beaucoup et d’autres peu. […] Quand la vérité aura remplacé nos mensonges actuels, les femmes sensuelles pourront obéir à leur nature sans se cacher. Elles n’auront pas besoin alors de se dégrader par l’hypocrisie. »

Quel dommage que la planète ne compte pas plus de petits Novicow…

Gardez dans votre caboche et votre grand coeur cette idée et respectez-vous, telle que vous êtes, selon vos envies… (Ou tel que vous êtes, chers Sicaliens…) Si les hommes sont meilleurs que des croissants au petit-déjeuner, tant mieux pour vous !

 

L’APPETIT VIENT EN MANGEANT

Vous êtes en couple depuis cinq, dix, vingt, trente… Ou même plus. Vous êtes fidèles l’un à l’autre… Et sexuellement… Las. La dernière fois que vous avez couché avec votre partenaire à la vie ne se compte plus en jours, ni en semaines mais carrément en mois ?

Si le rythme vous convient, et que d’après ses propos, il convient aussi à votre partenaire… Tout va bien dans le meilleur des mondes, n’est-ce pas ? Mais si vous en êtes déçu(e)(s)… Il faut s’y remettre ! (Avec votre partenaire… quoique vous pouvez commencer à vous relancer en solitaire, pourquoi pas ?)(nous prônons dans cet article la masturbation féminine, très souvent encore stigmatisée : elle n’est ni honteuse, ni « à la mode » : juste naturelle.)

Le sexe, c’est un sport, il faut s’entraîner régulièrement… Surtout quand vous songez à tous les avantages de cette activité physique : peau et cheveux magnifiques, redécouverte de muscles oubliés – avec remise en service en douceur et massages à la clef, bon moral, retour de la confiance en votre séduction puis en votre physique… et cetera.

Vous n’êtes pas Angelina Jolie (ou l’Auteur ne sait quel mannequin à la mode), et vous pouvez vous en moquer : le propre du fantasme est de ne jamais se réaliser, vous êtes exceptionnelle du simple fait d’être réelle, libre et… très consentante. Avoir envie permet de donner envie… et plus vous le faites, plus vous aurez envie. C’est le secret.

 

Jessica Galzin-Spalke

Read Full Post »

Il peut paraître étrange le parallèle entre la quête de l’Homme, la Femme, l’Etre Aimé et Aimant (EAA) et la nuit d’Halloween. Pourtant, des monstres, vous en croisez beaucoup dans votre vie. Presque autant, parfois, que vous pourrez en croiser en une nuit, dans une soirée Halloween.

Et plus encore, à la limite, que vous embrassiez des crapauds à la pelle… passe ! Néanmoins, faut-il forcément vouloir donner une chance à un crapaud de devenir un prince ?

Précisons qu’un crapaud n’est pas forcément un homme laid, con, vulgaire… Non, ça peut aussi bien être un homme beau qu’un homme aux traits lambda.

Revenons à nos crapauds :

Il est des jeunes femmes dans ce monde cruel et impitoyable pour toute personne disposant d’un zest de conscience de l’autre, d’une pincée de générosité et d’une cuillère à soupe de naïveté, qui se persuadent que le physique est relativement sans importance et que l’entente avec une personne est possible avec tout le monde simplement parce que, « comme nous sommes tous différents, nous sommes tous uniques et alors nous avons tous à apprendre de l’autre ».

Dès lors, vous êtes embarrassée dès qu’il s’agit de dire non à un Homme.

La raison ?

  • Certes, Sammy est moche… Mais depuis tout à l’heure, il me fait rire ! C’est un point que je ne peux pas ne pas mettre à son crédit.
  • Certes, Dracula a un charme qui vous est… euh… qui vous passe par-dessus la tête. Mais bon, c’est une personne intéressante !
  • Certes, Frankenstein a l’air « limité » intellectuellement parlant… Mais comme il est gentil ! Les gens adorables sont trop rares, une qualité qu’il faut récompenser.
  • Certes, Freddy est égoïste… Mais justement, l’attention qu’il vous porte, ça prouve beaucoup…
  • Certes, Kraken est moche, il est con… Là, au premier abord. Mais si ça se trouve, si vous prenez le temps de le connaitre…

La raison n’est autre que votre façon de vouloir toujours positiver, parce que vous ne voulez pas vous arrêter à des critères « injustes », « superficiels ». Vous êtes une bonne poire, bien juteuse. Vous avez de l’amour à revendre pour les autres, vous êtes précieuse.

Néanmoins, il est temps aussi d’arrêter les champignons. Vous aimez des choses et vous n’en aimez pas certaines. ET vous en avez le droit ! Ca ne fait pas de vous une personne détestable, juste humaine !

Comme -exemple tout à fait pas pertinent, voire impertinent, que l’Auteur avait envie de placer juste pour que ce soit un jour écrit sur son Blog – les hommes aiment des fesses réelles, qu’ils peuvent pétrir, alors que les femmes seront les premières à les planquer sous n’importe quelle tonne de tissus parce qu’elles les trouvent informes…
Bref, comme ces individus dont nous remettons chaque jour les goûts et les couleurs en question –même si décidément ils savent trouver les mots justes pour vous rassurer-, vous avez le droit d’avoir des goûts. Vous avez le droit de ne pas être d’accord. Vous avez le droit d’avoir des exigences.

  • Oui, Sammy est moche, ce n’est pas de sa faute, mais certainement pas de la vôtre. Vous n’avez pas à vous sentir obligée de sortir avec une personne juste pour qu’on ne dise pas de vous : « elle est superficielle, elle ne veut pas de lui parce qu’il est moche ». Rassurez-vous, il a Scoubidou pour lui remonter le moral.
  • Oui, le charme de Dracula ne vous parle pas. Et bien tant pis ! D’autant que tant mieux pour lui, son charme pourra opérer sur une autre ! Ne lui faite pas perdre plus de temps, il a faim !
  • Oui, Frankenstein est gentil mais con. Ou chiant. Vous avez le droit de ne pas vous intéresser à ce que tout le monde dit. C’est ainsi. Parfois, on a beau ne rien connaître d’un sujet, ce n’est pas forcément plus mal surtout quand on s’en tient aux cinquante variations de « beueuh »!
  • Oui, Freddy est égoïste, et il vous heurte à traiter tout le monde comme des paillassons. Même s’il fait une exception pour vous, vous n’avez pas à vous sentir flattée… Et redevable. Il ne pensera jamais à vous faire plaisir et vos entrailles vont en souffrir.
  • Oui, Kraken est moche, il est con ! Allez demander à un poulpe abominable de réfléchir aussi ! Barrez-vous et arrêtez de vouloir sauver le monde !

Contrairement à ce que croient les gens, même la personne la plus laide au monde peut plaire à n’importe qui, fût-elle la plus belle du monde. Parce que leurs charismes respectifs leur conviennent. C’est aussi simple qu’une lettre à la poste.

Bien sûr, tant que vous n’avez pas parlé à une personne, difficile de l’estimer, ce charisme. Repensez à tous ces Apollons qui vous ont approchés et que vous avez associés en moins d’une phrase à un Bacchus bedonnant. Il faut réellement arrêter de vouloir absolument trouver du charme à des gens qui n’en ont pas pour vous !

Il y aura toujours une autre personne pour prendre votre place, avec sincérité. Vous avez beau être très sincère dans votre façon d’agir, pensez un peu plus au déplaisir de l’Homme qui tente de vous séduire quand vous allez enfin ouvrir les yeux et comprenez que vous lui économisez du temps, voire des souffrances.

Ne vous inquiétez pas, vous n’aurez aucun mal à voir la beauté de la gentillesse d’une personne. Et attention aux filous qui ont compris que vous étiez une quiche monumentale, capable de culpabiliser pour un rien, ils jouent la comédie…

Cependant, la gentillesse feinte ou innée ne fait malheureusement pas tout. Et la vôtre peut faire beaucoup de mal. Alors, les crapauds, choisissez-les un peu mieux !

  • Prenez ceux qui vous révulsent naturellement le moins.
  • Quand vous aurez passé cette étape, vous prendrez ceux qui vous plaisent naturellement le plus.
  • Avant de comprendre qu’un crapaud n’est qu’un crapaud…
  • Et que vous pouvez directement embrasser les princes [1] qui n’ont justement pas été maudits par une prétendument « méchante » sorcière [2].

Aide à la compréhension :
[1] : Princes : ceux qui ne sont pas recouverts de mucus. C’est-à-dire qui vous plaisent au premier abord, du genre gentils, simples, drôles, aimables, sans tares évidentes physiques ni mentales, célibataires… et c’est déjà pas mal.
[2] : Oui, comme par hasard, un prince tout innocent tout mignon se fait changer en crapaud sans raison ? Juste parce qu’il passe devant une Sorcière qui s’ennuie ? Nous faire avaler des couleuvres, certes, mais des crapauds, ‘faudrait voir à ne pas exagérer non plus !

Jessica Galzin-Spalke

Read Full Post »

Pour virer un Maux qui ne comprend pas les phrases élémentaires de rejet telles :

  • Je ne suis pas intéressée
  • J’ai quelqu’un dans ma vie
  • Non merci
  • Vous voulez bien me laisser tranquille !
  • Cher Barman, peux-tu demander à ton client de me lâcher les bas ?

vous en arrivez parfois à faire preuve d’une imagination débordante. La raison ? Vous préférez la méthode pacifique plutôt que la bonne vieille gifle. Surtout quand vous avez un peu peur de vous en prendre une juste après.

Néanmoins, toutes les excuses n’ont pas forcément fonctionné pour autant… Et pourtant, l’impact, lié au poids des mots, était là… Les yeux des hommes s’agrandissent, s’arrondissent… Et leurs cerveaux chauffent très fort : ils tentent de trier le grain de l’ivraie.

  • « Disons que j’ai un peu peur, ce sera la première fois depuis l’opération que je fais l’amour avec un homme. La toute première fois que je saurais ce que c’est que d’avoir un vagin. Alors je me demande si je suis prêt… enfin prête ! (grand sourire) A vivre pleinement ce corps de femme pour lequel je me suis battue. Ca fait seulement deux mois…  J’avais mis six mois à bien intégrer mes seins. »
    Effet garanti. Très drôle. Surtout quand le Maux en arrive à « Je suis pas sûr de bien comprendre… »

 

  • « Je ne sais pas si j’ai le sida ou juste la syphilis… »
    Marche à tous les coups… Pour dégoûter momentanément.

 

  • « Bon, si j’ai bien compris, tu ne comptes pas me lâcher… hein ? Alors je peux appeler le barman et tu règles ma note ? Que tu serves à quelque chose au moins. »
    Généralement, c’est suffisamment vexant… Mais certains tentent alors de vous offrir un verre.

 

  • « Ecoute, à la limite, on pourrait envisager un truc. Je vais voir mon mec, oui, le barman, là, au fond, et je lui demande si ça l’intéresse, un plan à trois, pour ce soir. [V]Il est bi et t’es tout à fait son style, alors je pense que ça va le faire ! »
    [V] : Variante : « il est très jaloux, assez macho, je crois qu’il ne va pas trop apprécier. »
    La plus efficace. Vous allez voir le barman et lui expliquez brièvement que « je suis ta petite-amie car on m’emmerde ». Très drôle de voir le Maux se décomposer sous le regard du barman…

 

  • « Tout dépend. T’aimes être attaché dans une cave et fouetté ? Jusqu’au sang… Parce qu’il n’y a que ça pour m’exciter. »
    Pas à faire avec tous, évidemment… Mais ça marche pas trop mal.

 

  • « Je suis maman de quatre magnifiques petits bouts ! Le plus vieux a 7 ans ! Et on dort à cinq ensembles. Mon ex me disait que c’était très étrange… Et il disait aussi la même chose pour le lait ! Mais il n’y a pas meilleur que le lait maternel ! A 7 ans, Maximilien tète toujours ! J’aimerais bien être enceinte encore… »
    C’est généralement très drôle de voir la tête des Maux… Seul ennui, c’est que ça n’empêche pas un mec de se dire « elle est anormale, mais pour une nuit… »

 

  • « Alors, tu vois, quand je te vois, je pense tout de suite à mon ex. Ca a été horrible, il m’a quittée, hier. Il me l’a annoncé, comme ça, à la même place que toi ! Pourtant, j’ai tout bien fait ! Ca t’ennuie si je reprends tout du début ? Parce que tu vois, quand on s’est rencontré… »
    Le problème : quitte ou double, certains s’accrochent en se disant « elle a l’air désespéré, j’ai peut-être une chance ! » 

 

  • « Et juste pour savoir, tu comptes me payer combien ? Parce que là, ça fait déjà une demi-heure que je perds mon temps et quitte à faire psy, autant que ce soit rentable. »
    Petite pause après la question, vous voyez sur leurs traits qu’ils vous prennent pour une péripatéticienne et vous embrayez avec la suite. Ils apprécient généralement peu et peuvent se montrer très désagréables verbalement.

 

  • « J’ai peur. J’ai quand même été condamnée trois fois déjà pour harcèlement… Par contre, l’agression contre la copine du dernier, c’est tout à fait exagéré ! Je voulais JUSTE lacérer son cuir avec le cutter ! Elle a dit que j’avais menacé son visage… »
    Si vous le faites bien, ça fait bien fuir.

 

  • « Tu vois la jolie brune ? (oui) C’est ma copine, et elle est très jalouse. Et j’aimerais bien m’éviter une scène, en rentrant à la maison. »
    Vous aurez toujours des indélicats pour vous dire qu’ils adorent les plans à trois…

 

  • « J’ai pas nom, pas de prénom, j’ai perdu la mémoire mais je sens que j’ai toute capacité à me débarrasser d’un corps… »
    L’Auteur ne l’a pas encore expérimentée… Mais a « hâte » !

Et chaque fois qu’une phrase de secours ne fonctionne pas… N’hésitez plus, demandez de l’aide au Barman ou à vos amis !

 

Jessica Galzin-Spalke

Read Full Post »

Vous rompez… Et le monde entier s’effondre. Pas seulement le fait de changer d’appart, ou de ne plus aller dans un appart, pas seulement le fait de ne plus voir une personne… Nooon… A chaque rupture, lors d’une relation longue, il y a tout un quotidien à reconstruire parce que vous avez entretenu, parfois des années durant, une atteinte neurologico-affective : la Confusion des Ensembles de Nombres.

Et qu’arrive un phénomène inhérent à toute rupture qui crée une modification complète d’un univers familier : le Phénomène des Vautours, qui est un problème pour tout être souffrant de la Confusion des Ensembles de Nombres car il induit des dommages collatéraux à la rupture auxquels vous n’aviez pas pensé… A moins d’être claire avec vous-même.

Définition du dictionnaire sicalien

  • Le Phénomène des Vautours : Si rupture il y a eu, vous êtes désormais célibataire. Si célibataire vous êtes, vous êtes donc disponible. Si disponible vous êtes, tout le monde tente sa chance… surtout ceux qui sont autour de vous depuis des mois, des années, et qui, finalement, se disent « après tout, il y une opportunité ! ».

Après tout, pourquoi pas eux ? Le seul problème ? Même s’ils sont des réels irrationnels de l’ensemble R, vous les aviez depuis le temps intégrés dans l’ensemble de vos entiers relatifs voire, pire, de vos entiers naturels N.

Petit Rappel Théorique : Il existe en mathématiques plusieurs ensembles de nombres.

  • N : N={0 ; 1 ; 2 ; 3…} : l’ensemble des entiers naturels, qui correspond à votre socle de base d’affection – comme considérer une personne comme un frère ou une sœur
  • Z : Z={… ; -3 ; -2 ; -1 ; 0 ; 1 ;2 ;3 ;…} : l’ensemble des entiers relatifs, qui correspond à votre socle amical solide – vos amis sont toujours là pour vous et vous pour eux– et comprend N
  • D :D={… ; -1,2 ; -1 ; 0 ; 0,5 ; 1 ;…} : l’ensemble des décimaux, qui correspond à votre socle amical secondaire – vous vous entendez très bien mais avec une certaine distance émotionnelle- et comprend Z et N
  • Q :Q={… -5/4 ; -4 ; -4,2 ; -3 ;-1,5 ; -1/2 ; 0 ; 0,7 ; 1 ; 2 ; 2,4 ; 3 ; 4/5 ;…} : l’ensemble des décimaux qui correspond à votre cercle de connaissances -en général- et englobe aussi D, Z et N
  • Enfin, R, l’ensemble des nombres réels, rationnels ou irrationnels, qui comprend π (Pi) et √2, bref le monde.

Définition du dictionnaire sicalien

  • Confusion des Ensembles de Nombres (CEN) : atteinte neurologico-affective touchant généralement les populations CNS (Cruches Naturelles en Séduction), E.A (Effarouchées Affectives), RLP (Real Love Phobiques) et autres VCR (Vraies Cruches Romantiques). Ces personnes très affectueuses s’attachent irrationnellement à des personnalités, oblitérant leur sexe, et se persuadant qu’homme et femme peuvent être amis, sont amis, et que rien rien rien ne changera jamais dans leurs rapports si amicalement parfaits ! Surtout pas une rupture.

Ainsi, l’Ami de l’Ami de Mirabelle est devenu une super connaissance de la VCR, la VCR a cru qu’ils étaient amis après de nombreux mois… Sauf qu’avec la rupture, l’AAM se déclare. Ou l’Ami de la RLP depuis cinq ans apprend soudain qu’elle divorce et hop ! Une petite déclaration ! Voire les amis de l’Ex, qui se mettent à déclamer à une EA: « tu me plais, depuis la première seconde, mais vous étiez ensemble ».

Et là, le drame : la Femme souffrant de CEN se sent trahie. La Trahison est abominable même si la rupture est venue d’elle car elle a la sensation que son univers était faux. « Je pensais qu’il était un ami tandis que lui pensait que… » … que si vous redeveniez célibataire, il ne laisserait pas passer l’occasion de vous dire « et avec moi, c’est pas possible ? »

Pour autant, ces Vautours ont-ils menti ? Non. Ils vous parlaient et vous voyaient parce que vous étiez une Femme qui les intéressait, sympathique, rigolote, charmante. Ensuite, vous étiez prise, par conséquent vous étiez prise et il n’y avait rien à faire, à dire. S’ils ne se sont jamais ouverts sur ce sujet auparavant, c’est parce qu’ils respectaient votre choix, vous étiez alors avec quelqu’un d’autre, et dans une mesure, vous étiez donc éliminée de la liste des Potentielles. Néanmoins, malgré cette éviction, vous étiez une personne qu’ils aiment bien quand même.

Et puis soudain, cette personne, qu’ils aimaient « bien quand même », est LIBRE. Et eux aussi.

« Je ne sais pas ce qu’il va advenir mais ce que je sais c’est que j’ai envie de tenter avec elle. Je ne perds rien à le lui dire car :

  • Je la trouve charmante
  • Je discute super bien avec elle
  • Je la trouve attirante
  • Elle a toujours ri avec moi
  • Elle a l’air de m’apprécier. »

En quoi ces Maux sont-ils réellement coupables de Trahison ? La Femme souffrant de CEN ne doit avoir en tête que le compliment adressé par le Vautour : « tu me plais, je tente ». Et non pas s’obstiner à se sentir trahie par des Maux qu’elle avait glissés dans son ensemble Z ou N tout simplement parce que…

…. jamais π ne sera un nombre entier.

Soit vous vous montrez sensible, et vous décidez de rompre avec tout cet univers qui refuse de plier à vos désirs et à vos lois… Et vous en êtes alors quitte pour tout reconstruire : connaissances et amis, ailleurs.

Soit vous acceptez de regarder le monde tel qu’il est, avec ses ensembles définis, et vous savez remercier qui vous porte un regard positif tout en faisant clairement comprendre : « je ne t’ai jamais vu que comme un ami, non pas seulement parce que j’avais quelqu’un… Je sais que tu es un homme et, pour moi, un ami, un ami homme ».

Jessica Galzin-Spalke

Read Full Post »

Un cri du cœur, lancé assez régulièrement par pas mal de Sicaliennes… Mais pas que, rassurez-vous tout de suite. De toute façon, il y a plus de femmes que d’hommes sur cette planète donc c’est tout à fait normal.

Pour autant, faut-il que vous vous sentiez déprimées ou désespérées à l’idée de vivre seule ou de « finir seule » votre vie ?

Si vous venez de vivre une histoire d’amour intense qui vous laisse affreusement triste, vous avez des raisons de vous sentir mal : votre petit cœur brisé. Pour celles qui sont célibataires depuis très longtemps et qui en ont marre de ne jamais rencontrer « le bon », évidemment, ça vous lasse…

De là à vous inquiéter de « finir vieille fille » ! Non pas que vous trouverez forcément l’H2C de votre vie – non, l’Auteur ne promet rien… cependant, tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir ! Mais pourquoi devriez-vous forcément voir négativement le fait de ne pas être « deux » à la fin de votre vie ?

  • Hein ? MAIS POURQUOI SE CONTENTER D’UN HOMME, UN SEUL !? Non, arrêtons ! Puisque vous ne trouvez pas en UN tout ce que vous recherchez, multipliez !
    Beaucoup de Maux ne recherchent qu’une compagnie plutôt qu’un vrai couple ou une vie de famille, vous avez vingt ans pour vous arranger ce système :
    -un pour ses abdos et ses fessiers
    -un pour l’humour
    -un pour la culture
    -un pour la confiance
    -un pour la tendresse
    -un très très doué pour le sexe
    Vous vous prenez à sept un super appart avec six chambres ! Ce qui sous-entend : vous avez SIX armoires dans lesquelles dispatcher vos affaires ! Vous passez une nuit par semaine avec chacun… et le dimanche, vous avez votre journée ! Bon, et soit vous faites un dimanche sur six avec chacun, soit vous êtes sur le divan… Mais c’est un moindre mal !

Revenons à nos vieilles filles en devenir… Pourquoi le but d’un être humain serait-il forcément d’être deux êtres humains au bout du compte ? Après tout, on nait seul(e) ! Et on meurt seul(e)… Alors pourquoi ne pas vivre seul(e) ?

Vivre seul(e) ne signifie en rien que vous serez forcément seule toute votre vie. D’abord vous avez de la famille, des amis, des connaissances, des petites romances de ci, de là.

Petite digression sicalienne

D’ailleurs, vous ne serez peut-être pas toute seule à 70 ans ! Non… Vous pouvez dès à présent mettre en place votre plan Prévoyance !

  • Plan Prévoyance
    Il s’agit dès à présent de ruiner toute vie amoureuse de votre meilleur(e) ami(e) pour faire en sorte qu’à 70 piges, il/elle saute de joie quand vous l’inviterez à partager une colocation avec vous ! (Vous n’y aviez pas pensé, hein ?)
  • Plan Prévoyance Bis
    Allumer des cierges, faire d’innombrables prières, acheter une poupée vaudou représentant les mecs actuels de votre meilleur(e) ami(e)… Pour que sa vie sentimentale soit un four… et qu’à 70 piges, il/elle saute de joie quand vous l’inviterez à partager une colocation avec vous ! (C’est moins machiavélique, quand même…)
  • Par ailleurs… Réfléchissez bien et vite : n’avez-vous pas autour de vous une amie dont la vie sentimentale est catastrophique et dont vous seriez le Plan Prévoyance Bis ? Hm hm… la raison du néant sentimental ? L’Auteur, à défaut de vous trouver un mec, vous rend paranoïaque.

Ensuite, être seule plutôt que mal accompagnée est très important. Si vous êtes mal accompagnée, vous vous dévalorisez, et autant le dire franchement, vous en souffrez. Finalement, n’est-on pas plus malheureux en étant malheureux en couple que malheureux tout seul ?

L’Auteur pense à nombre de femmes humiliées, battues, torturées psychologiquement… Si les autorités publiques prenaient à bras le corps le sujet, elles commenceraient par éduquer toutes les femmes : « non, être en couple, ce n’est jamais un but ultime ; vous valorisez, oui » avec un petit « fuck la croissance démographique ».

Quand vous êtes seule, au moins, vous savez où vous en êtes. Et vous vous savez aussi libre pour des découvertes, qu’elles soient intermittentes, saccadées ou à durée indéterminée…

Et puis, « finir vieille fille » ne signifie pas pour autant « finir alcoolo, grosse, ridée et dévorée par cinquante chats »… Non, vous avez d’autres options !

  • Plan A
    Etre divinement vous-même. Vous serez si sublime, si incroyable… si heureuse que vous enchanterez le monde entier. On vous jalousera ! Oui, même les filles en couple vous regarderont avec admiration ! 1) parce que toutes les femmes maquées ne sont pas forcément heureuses en couple, 2) parce que beaucoup de gens ont peur d’être seuls, 3) parce qu’elles n’auraient pas osé. Et quand un homme ou une femme vous demandera « mais tu es si merveilleuse ! Comment se fait-il que tu sois seule ?! » Vous pourrez répondre : « une fille aussi extraordinaire que moi est mieux seule plutôt que mal accompagnée ! ».
  • Plan B
    Devenir religieuse. L’Auteur se penche sérieusement, pour son cas particulier, d’ici vingt à trente ans, sur deux options :
    -elle est en pleine forme : chez les Ursulines et dans l’enseignement auprès d’enfants dans les pays pauvres…
    -elle est paresseuse : entrée au couvent chez les Visitandines (elle trouve le nom mignon) et prier à longueur de journée…
    Bref, devenir religieuse et accueillir une fois par mois, en toute illégalité une copine pour se soûler au vin de messe et faire une orgie d’hostie. En plus, ça vous fait de quoi raconter en confession, merci les filles !
  • Plan C
     Dominer le monde. Ou le vôtre… Acheter un rocher au large de l’Ecosse et vous déclarer Impératrice de cette « île », ensuite exiger une reconnaissance à l’Onu et un siège… Puis vous faire inviter –gracieusement- dans tous les pays du monde dans le cadre des relations internationales… Aller à Jérusalem, en tant qu’Impératrice, réclamer la Paix. Aller en Somalie, toujours en tant qu’Impératrice, réclamer la Paix. Aller en Chine, encore en tant qu’Impératrice, réclamer le respect des droits de l’Homme. Obtenir le Prix Nobel de la Paix et devenir une icône impériale mondiale.
  • Plan D
    Adopter des escargots. Alors, là, avant que des escargots vous dévorent !

Et souvenez-vous d’une chose : un veuf reste en vie moins longtemps qu’une veuve lorsque dans un couple, un des époux meurt… La raison ? Si les Hommes ne savent pas vivre sans Femmes, les Femmes vivent très bien sans Maux !

Jessica Galzin-Spalke

Read Full Post »

Parfois, vous avez du mal à vous motiver pour sortir… Vous êtes fatigué, vous avez mal au dos/aux pieds/aux yeux, et puis voici très longtemps que vous n’avez pas regardé la trilogie du samedi soir sur… NON ! La trilogie n’existe plus ?!  Mince alors, vous avez presque cinq ans de samedis télévisés à rattraper !

Bref, tout est bon, ce soir-là, pour vous éviter l’énième soirée « obligation ». C’est LA soirée où vous êtes chaudement invité, parce que votre présence fera le plus grand plaisir à l’hôte… Mais que vous échangeriez froidement avec un plateau télé parce que vous savez combien vous allez vous ennuyer.

Simplement parce que… Vous ne connaissez intimement personne d’autre. Et surtout parce que tous ceux que vous avez pu rencontrer jusque là dans ces soirées-là sont, au choix :

  • ennuyeux à mourir
  • des onanistes intellectuels
  • des onanistes tout court
  • imbus de leur personne

Ou encore, des gens très bien -après tout, ça arrive- mais avec lesquels vous n’avez définitivement aucun atome crochu. Pas le moindre. Vous aurez donc des recherches à effectuer avant d’aller à cette soirée afin de tenir plus de deux minutes de conversation avec une personne ou de détourner toute conversation tendant à pencher sur le terrain très glissant des sujets politiques quand les divers participants sont non seulement certains de leur intelligence mais de leur Mission Terrestre de remettre dans le droit chemin tous ceux qui pensent différemment.

Ainsi, avant cette soirée :

  • vous regarderez la météo et vous renseignerez sur météo France des prévisions pour les douze jours à venir
  • vous en profiterez pour faire une comparaison sur les trois dernières années des moyennes hivernales et estivales
  • vous irez sur allociné regarder les dernières bandes-annonces, blockbuster et auteurs
  • vous lirez aussi les critiques qui en ont été faites

Vous aurez de la matière pour les deux sujets les plus en vogues entre inconnus qui s’ennuient : le temps et les dernières sorties cinéma.

Contraignant…

Pourquoi aller à ces soirées ?

Pour ne pas vexer l’organisateur qui vous apprécie réellement. Et pour la contre-soirée que vous allez pouvoir organiser. Et satisfaire votre besoin de médire voire maudire. C’est humain, entre amis, il y a toujours un moment où vous le ferez, de casser du sucre sur le dos d’une connaissance commune. Alors autant le faire sur des connaissances qui vous sont complètement indifférentes.

Si vous avez de la chance, une bonne amie est elle aussi invitée à la soirée… Sinon, invitez en une à vous accompagner ! Dès lors, la soirée devient très intéressante : vous avez deux heures pour critiquer tout ce qui se passe sous vos yeux !

  • Une invitée est arrivée avec un sac de voyage, elle a changé trois fois de tenue dans la soirée… Je l’ai vue en robe à l’arrivée, puis en pantalon, puis en jupe… Et elle a changé de jupe pour repartir.
  • Il a poursuivi celle qui était mariée jusque dans les toilettes
  • Ils ont dit que Pénélope Bagieu et Margaux Motin n’avaient aucun talent, c’est de la merde… Qu’ils étaient anéantis devant la Vox Populi et son mauvais goût. Alors que le monde est plein d’artistes méconnus… et talentueux. Comme eux.
  • Il m’a parlé de son salaire mensuel pendant trois quarts d’heure : il se demande comment on peut être assez nul pour gagner moins de 5000 euros nets. Tu aurais vu sa tête quand j’ai dit que je gagnais au moins trois fois moins. Je suis passée de « oh elle est charmante ! » à « encore un cas soc’ »
  • J’étais intéressante jusqu’au moment où j’ai dit que je préférais regarder encore une bonne comédie romantique à un de ces films déprimants sur la désindustrialisation
  • Je suis une connasse égoïste : j’ai regardé deux films en streaming en six mois
  • J’ai répondu qu’en effet j’aimais les belles chaussures, il m’a demandé si je ne me sentais pas « trop conne de perdre ma vie en futilités »
  • Nooon ? Et tu as vu quand l’hôtesse s’est mise en soutien-gorge pour faire la danse du ventre alors qu’ils étaient en plein débat sur la révolution verte ?
  • Tu sais que les deux sœurs se sont disputées dans la cuisine… Elles ont repéré le même mec.
  • Je suis une irresponsable, d’après ce mec, je vote blanc… Il est anéanti de savoir que des filles intelligentes peuvent être néanmoins suffisamment stupides au point d’être incapables de faire un simple choix.
  • Ils se sont mis nus pour illustrer la fin de la troisième mi-temps dimanche dernier

Et le lendemain soir, vous pouvez vous refaire une soirée à deux pour vous rappeler les moments les plus croustillants, potiner à volonté, médire sur cette société qui perd toute valeur, dont sa décence… Et boire à votre santé mentale et au bonheur d’avoir de vrais amis !

Jessica Galzin-Spalke

Read Full Post »

Older Posts »