Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘J'aime les gens…’ Category

…Et non pas un  « vocabulaire fleuri », s’il vous plait ! Nous sommes encore sur un blog décent… Et prêt à tout pour vous éviter toutes les confusions et autres quiproquos !

Tout d’abord, la mise en situation :

  • Vous voilà devant le Maux du jour… Il est devant vous, tenant à sa main un magnifique bouquet de fleurs –au minimum 40 euros. Il fait partie de vos relations de travail donc il n’est pas du tout un Maux Potentiel.
    [Oui, vous excluez toute relation, tout romantisme, tout flirt au boulot car vous vous simplifiez la vie.]
    Il vous offre donc le bouquet… Et les fleurs ne sont autres que des RENONCULES  blanches et roses.
  • De quoi vous mettre tout de suite extrêmement mal à l’aise.

Comment ça, mal à l’aise ?! Vous exclamerez-vous. Et bien oui, pour peu qu’une Femme connaisse le langage des fleurs, les renoncules sont très évocatrices !

La signification des fleurs est aujourd’hui comme le vocabulaire français. Combien de mots compte la langue de Molière ? Un dictionnaire recèle en moyenne 75 000 à 80 000 mots…Et une estimation sommaire de son exhaustivité donne une fourchette allant de 600 000 à 1 million de petits mots…

Or le vocabulaire moyen et pratique d’un Français, selon son éducation, va de 300 à 3000 mots. Pour ce qui est du vocabulaire passif ou dit « de culture générale », il est estimé entre 2500 et 6000 mots pour un lycéen, jusqu’à 30 000 mots pour un public cultivé –ou les joueurs de mots croisés.

Ainsi le ratio entre les possibilités de subtilités et les subtilités qui nous sont possibles dans notre expression quotidienne est formidablement restreint. Au lieu d’un « je t’aime aussi », qui pense à employer le très mignon « je te contre-aime » ? (Ce qui veut dire la même chose) Ou « tu me séduis » à la place de « tu m’plais » -ou pire « j’te kiffe »?

Bref, il en va de même pour les fleurs. Qu’offre-t-on le plus de nos jours ? Des roses. Et des roses. Encore des roses. Toujours des roses (sans même savoir la signification pour de nombreux Maux). (Avec une percée ces dernières années de la plus « chic » orchidée…)

Or : dictionnaire non-sicalien :

  • Renoncule : en général, elle signifie : « tu as tout pour me séduire ». Les blanches signifient : « tu me séduis » et les roses : « mon amour est timide, fais un geste ».

Or : souvenir sicalien :

  • Vous vous souvenez encore de cette matinée de St V… Où il ne pouvait y avoir qu’une seule personne au bureau…. Pour vous avoir déposé en plein milieu de votre clavier, un livre contenant des extraits de lettres d’amour d’Henri IV avec en titre rouge en gros « J’ai tellement envie de vous ». Très embarrassant.

Vous envoyez alors un sms à vos sexpérientalistes sicaliennes :

  • « Euh… sur mon bureau, en toute évidence, en ce jour funeste de la St V : « J’ai tellement envie de vous »… Et je ne me souviens d’aucun débat historique ou littéraire qui aurait pu justifier la présence de ce livre sur mon bureau. Le prenez-vous pour des avances ? »

Réponses immédiates des Sexpérientalistes :

  • « IL TE FAIT DES AVANCES » x5
  • « NE TOUCHE PAS A CE LIVRE » x2
  • « SURTOUT NE VAS PAS DIRE « OH MERCI JE NE L’AI PAS LU ! » » x6

(Oui, elles vous ont répondu en majuscule)

A ce souvenir, et aux fleurs, votre cerveau en ébullition envoie un sms à cet échantillon éclairé de Sicaliennes. Serait-ce une nouvelle tentative d’avances ?

Réponses immédiates des Sexpérientalistes :

  • « NON » x4
  • « PERSONNE NE SAIT CE QUE VEULENT DIRE DES FLEURS ! » x8
  • « A PART TOI, GROSSE MALADE » x2
  • « JUSTEMENT JE PENSE QU’IL A PRIS AUTRE CHOSE QUE DES ROSES EXPRES ! » x1

Chers Sicaliens, il est temps de vous reprendre en main ! Au lieu de flanquer des mini-crises cardiaques à des jeunes femmes cultivées, revenez à une éducation NORMALE !

Vous avez tout l’Hiver pour vous réchauffer devant le feu des conseils débiles des magazines pour Hommes –excellents pour lancer cette unique combustion- avec cet écran sur vos genoux…

Sachez donc qu’en matière de fleurs :

  • A une collègue : privilégiez les fleurs jaunes, ou orangées, ou bleues
  • Offrir du basilic : pensez à préciser que c’est parce que la personne AIME le basilic… sinon, ça veut dire « Je vous hais »… 
  • Exprimer votre amitié :
    Thuya
    Vigne vierge
    Pervenche bleue
  • Exprimer votre amour à votre Femme/partenaire :
    Un amour durable : amarante rouge brun
    Un amour véritable : roses rose
    Un amour sincère : myosotis
  • Exprimer un coup d’éclat :
    Une passion : roses rouges of course
    Un amour que vous avez trahi et vous demandez pardon : roses jaunes
    Je suis vôtre pour toujours : la sauge rouge
  • Vous déclarer :
    Vous ignorez mon amour : roses blanches
    Un amour secret : acacias jaune (pour une fois, oui, du jaune)
    Je suis désespérément amoureux : tulipes jaunes (pour une seconde fois, c’est vrai…)
    Une lettre d’amour : agapanthe
    Je vous aime : chrysanthème rouge
  • Complimenter :
    Vous avez des yeux magnifiques : tulipes diaprées
    L’élégance : acacias rose
    La perfection : camélia blanc
    Le charme : camélia rouge
    Plus que belle : alysson maritime
    J’aime votre esprit : camélites
    La grâce : freesia
    La douceur : le lys

Et enfin, les fleurs préférées de l’Auteur : les tulipes rouges… Ou un Amour éternel.

Jessica Galzin-Spalke

Read Full Post »

Alors qu’autour de vous l’hécatombe commence à se remarquer… Bon nombre de vos connaissances se mettent enfin en couple, en ménage, en mariage… Et que vous comptez les Histoires d’Amour sur… euh… les doigts d’une main –et encore, vous savez que deux exagèrent pleinement quand vous entendez la version de la Pièce Rapportée- il est temps de revenir à l’impact qu’a eu un Chef-d’œuvre sur notre douce génération des 18-30 ans.

L’Auteur dénonce bien évidemment le puissant Shrek, à la portée dévastatrice et idolâtré par des milliards d’esprits un peu fragiles… Et qui est certainement la CAUSE MAJEURE du déclin dans les statistiques de la merveilleuse position sociale qu’était encore il y a vingt ans celle de la Vieille Fille… Pure. Ou presque. Mais au moins en partie convaincue du respect de sa personne –tandis que tout le monde ne la voyait que comme une aigrie… Chaque médaille dispose de son revers !

Shrek n’est pas juste un film d’animation conventionnel et son impact n’est pas juste un tournant dans  l’industrie du film et du divertissement, raccommodant les diverses générations de public devant un même écran. Non, il est aussi une fracture radicale. Surtout bien réaliste.

Il montre enfin à une génération de Femmes en devenir, ou de tout juste Femmes –si elles avaient 10 ans en 2001, 22 ans en 2013- ce qu’est la réalité de l’Amour et du Couple. Le seul problème de Shrek, c’est son côté subversif : oui, il dresse un tableau réaliste… C’est bien, croyez-vous… Mais est-il un avertissement ? Non ! Pire, il cautionne et entérine une situation !

Et bien oui, jeunes filles ! Jusqu’alors, vous aviez été bercées par de tendres histoires avec un Prince Charmant tout beau, tout fort –mais sachant être tendre, tout juste… Fiona, notre chère Princesse, tout comme vous, l’attendait…

Et voici que surgit le Maux. Dans toute sa splendeur réelle : il est un Ogre. Et la société vous dit : « surtout, bats-toi pour le garder ! »

Définition du dictionnaire sicalien

  • Ogre : individu de sexe masculin dont les messages principaux sont « parle à mon ventre » et « si t’es pas capable d’être à l’aise avec une vie commune où tu seras la seule à te coltiner le ménage, les gosses et la touche de romantisme de notre couple, dégage. »

Vous ne pourrez jamais l’accuser de Publicité Mensongère, il n’a jamais cherché à vous faire rêver ! Manquerait plus qu’il ait un effort à faire pour se trouver une femme de ménage, tiens !

Bref, Shrek, c’est l’histoire d’une ravissante jeune femme à qui on a raconté toute sa vie que le premier homme qui entrerait dans sa vie, serait différent, et qui, en lui rendant service –la débarrasser d’un Dragon entre autre- serait forcément celui qu’elle aimerait et avec lequel elle aurait un bon bout de chemin à faire.

Puisqu’elle a été éduquée ainsi, Fiona s’y donne à fond –malgré un petit sursaut à un moment… Shrek, elle en tombe raide dingue parce que :

  • Il est honnête
  • Il ne le montre pas, mais quand même, bien caché sous la couche de crasse, d’incivilité, de vulgarité, il a un cœur
  • Il est lui-même

C’est sûr ! Vous aussi, vous craquez ! Le fait que :

  • Il n’a aucune hygiène
  • Il ne respecte rien, ni personne
  • Il vous associe au plat du jour
  • Il ne participe pas à la vie quotidienne (ménage…)
  • Il rêve de son canapé TRANQUILLE devant SA télé
  • Il a horreur des expos
  • Il a horreur de la culture, du fromage, du vin (du BON vin), de lire…
  • Il a horreur des voyages
  • Il a horreur de vos potes, et le dit
  • Il a horreur d’être dérangé, et le fait sentir

Etc… C’est tout à fait accessoire quand on a pour But Ultime de passer Cinquante ans avec la personne du sexe opposé et d’avoir de beaux enfants. Après tout, Shrek a un gros avantage : vous saurez toujours où le retrouver ! Avec sa bière, affalé sur le canapé devant l’écran. (Pas le moindre zeste de mauvaise foi de l’Auteur voyons…)

Shrek ne veut pas d’elle mais elle, elle insiste ! Elle voit au-delà des apparences !

  • Ce qui la conduira inexorablement dans les années à venir à faire ce que bien des Maux reprochent à leur Femme : tenter de le changer. Ben oui, puisque Fiona voit mieux et plus le potentiel de son Amour.

Et la morale de l’histoire pour toute la génération est : de Princesse tu finiras Mégère, grosse et laide, avec le seul Ogre que tu auras su rencontrer et que tu n’auras valeureusement pas lâché…

  • … soit par peur de ne retrouver personne qui veuille de toi
  • … soit par peur de ne pas être à la hauteur d’un mec mieux – l’Auteur ne sous-entend pas forcément le Prince Charmant… juste un mec normal à qui les parents ont donné un minimum d’instruction
  • … soit par peur de ne pas avoir une maison avec des bambins comme tout le monde

Alors, c’est vrai, c’est la réalité ou une partie -grande- de la réalité… Mais faut-il pour autant encenser un produit de propagande  aussi sournois ? « Pourquoi pas ! » entonnerez-vous en chœur à l’Auteur !

… Seulement si une partie des bénéfices des produits dérivés de Shrek sont enfin, dès aujourd’hui, reversés à la lutte pour la Sauvegarde Bienheureuse des Vieilles Filles qui le Valent Bien !

Ou si apparaît dans le générique « aimez pour les bonnes raisons : parce que, vous aussi, vous rêvez d’une bière, confortablement installée devant votre télévision »…

Jessica Galzin-Spalke

Read Full Post »

Scriptit l’Auteur qui doit avoir écrit parmi les lettres de motivations parfois les plus… originales que des recruteurs ont pu recevoir…

« …martelant quotidiennement les sculpturaux pavés parisiens de mes talons et mes idées atteignant des niveaux leur permettant d’admirer sans vergogne le concert vert-de-gris des toitures que le monde nous envie, vous ne trouverez pas de profil plus adapté que le mien pour parler de la capitale française »,

… entre autre… Donc elle sait ce que c’est que de partir en délire COMPLET !

Ou… « Etant vouée, le plus longtemps possible je l’espère, à devenir une charmante vieille dame prête à faire des croche-pattes à tour de bras avec ma future canne, je me sens particulièrement concernée par le développement des métiers tant du service et de l’accompagnement à domicile, des maisons de retraite et la santé en général, et l’évolution de nos institutions publiques. »

Mais l’Auteur, elle, reste sobre sur tout le reste de sa lettre de motivation… et ne ment qu’une seule fois par lettre ! (Oui, au moment où elle exprime sa « motivation » par exemple pour bosser sur le bâtiment parisien ou les maisons de retraite…) Même ainsi, elle est toujours PO-SI-TI-VE : « j’adore marcher dans Paris » ou « chouette ! Je vais devenir Tatie Danielle ! »

Tandis que, parfois, vous vous demandez ce qui se passe dans la tête de certaines personnes quand elles vous envoient leur candidature…

 

  • Sale gosse

« Je souhaite devenir journaliste parce que je suis avant tout un passionné ! Un passionné de guitare d’ailleurs, et mon groupe et moi avons déjà joué dans plusieurs salles et nous avons même été jusqu’à New York ! Nous jouons régulièrement et je suis sûr que vous adorerez. Même si je perds mes doigts sur mes cordes, il m’en reste suffisamment pour taper sur un clavier de bons articles. »

Traduction de la Recruteuse (l’Auteur)

  • Je n’ai qu’un moignon à vous offrir
  • Je suis un sale gosse de 23 ans à qui les parents offrent des allers-retours Paris-New York, avec ma guitare…

 

  • Elle va se jeter du pont ?

« J’ai beaucoup de mal à gérer mon échec aux concours pour les écoles de journalisme. Malgré cette situation déchirante, j’ai le plaisir de vous faire part de ma candidature car, ainsi que l’a dit François Mitterrand, « la pire erreur n’est pas dans l’échec mais dans l’incapacité de dominer l’échec ». Je suis sûre que je pourrais apprendre énormément au sein de votre rédaction, sur le tas, comme tant d’autres grands noms du journalisme ont commencé, même si je sais bien que votre visibilité est très restreinte… »

Traduction de la Recruteuse

  • Je suis dépressive
  • J’ai toutes les chances d’être un boulet
  • Et en plus, je pense que vous êtes un média sans importance

BA de la journée de la Recruteuse : appeler la jeune personne pour lui dire de modifier ses lettres de motivation

1)      Etre positive
2)      Pas d’échec : Ne pas dire qu’elle a loupé les concours, dire qu’elle prend une année sabbatique
3)      Ne jamais tenir des propos « péjoratifs » sur l’entreprise auprès de laquelle elle postule
4)      L’Auteur a modifié mais : Corriger toutes les fautes d’orthographe telles que « a géré », « concourt », « malgrès », « déchirente »…

 

  • Jeune et con

« Journaliste débutant au sein de la rédaction XXX1, j’ai le plaisir de vous présenter spontanément ma candidature afin de vous rejoindre à XXX2. Ayant souffert ces derniers mois du caractère autoritaire et fondamentalement injuste de la rédactrice en chef de XXX1, ainsi que de l’absence d’opportunité… »

Traduction de la Recruteuse

  • Je suis un chieur qui a du mal à supporter l’autorité d’une femme
  • Je suis un chieur qui veut en plus vous piquer votre place

 

  • Le stagiaire

« Je recherche depuis trois mois un stage de journaliste dans une rédaction pour mon stage de fin d’année. Merci de me recontacter au 06… »

Traduction de la Recruteuse

  • Je suis un original dans mon genre, rebelle : fuck les belles lettres !
  • J’y crois pas mais faut bien que je puisse dire que j’ai postulé…

 

  • L’allumée

« Je m’appelle Flora et je suis une personne douce, aimable et sincère. Je reviens de Londres où j’ai soutenu ma sœur pendant huit mois tandis qu’elle ouvrait un restaurant avec son mari. Je recherche actuellement à m’orienter dans le monde du journalisme, un univers qui m’a toujours passionnée. Et je suis moi-même un être passionné, un peu comme Alice, dans Alice au pays des merveilles, je plonge sans modération dans la découverte du beau, du design, de la mode, j’aime l’architecture… [… 2 pages word new times roman 12…] Ouvrez-moi votre porte, que je puisse m’ouvrir à vous ! »

Traduction

  • Je suis à l’ouest, je vis de vêtements roses et de jolis nœuds dans les cheveux !
  • Je vous raconte toute ma vie qui n’a pourtant rien à voir avec ce boulot
  • Le poste n’a rien à voir avec le beau, le design, la mode, l’architecture, la restauration etc.

Jessica Galzin-Spalke

Read Full Post »

Aïe ! Voilà qui fait mal ! Vous avez tout pour vous : culture, beauté, style, grâce, éducation, talons 12 cm (osez contredire l’Auteur Toute Puissante…) et voici, au détour de quelque conversation, qu’un Maux vous envoie pour la euh… millionième fois de votre vie –au moins- cette vieille balle de clichés masculins sur la féminité. En pleine face. A toute vitesse.

« Tu n’es vraiment pas féminine » ou « tu ne voudrais pas agir comme une femme, pour une fois ? »

Rassurons nos Maux préférés, il existe des « Filles », des Vraies ! qui pensent tout comme eux… La grande différence entre Eux et Elles est que les Vraies Filles se contentent de déconner dans le dos des pauvres Femmes qui oseraient aventurer un pied dans le champ « naturelle ». Comme elles sont justement des « Filles », des Vraies !, il serait déplacé de faire une telle remarque à haute voix.

Or, malgré tout ce que la société voudrait nous inculquer, même la plus « virile » des femmes…

  • oui, même celle qui a du poil au menton
  • oui, même celle qui ne s’épile pas sous les bras
  • oui, même celle qui se rase le crâne et porte des débardeurs noirs pour mettre en valeur ses biceps
  • oui, même celle qui est réputée –ou très justement qualifiée de, si c’est son choix- lesbienne  avec un look camionneur
  • oui, même celle qui vit de potes virils, de foot et de bière
  • et oui, même celle qui est en petite robe noire, hauts talons, et déclare « euh… non, je n’ai pas de temps pour un Homme dans ma vie »

… est une Femme.

Avec malheureusement, pour la majorité, un cœur très très féminin puisque leur éducation est issue directement de notre charmant entourage… Et donc… un cœur à blesser.

Mais serez-vous vraiment jugée comme une Femme malgré vos seins, vos trompes, vos ovulations, vos règles ? Que nenni ! Rien que du côté vestimentaire, une Femme c’est en jupe, ou en robe, ou en pantalon à la rigueur mais bon sang ça a intérêt à être joli ou mode ! Ça doit « dévoiler » mais bon sang pas trop, c’est-y pas une péripatéticienne des fois ?!

Rembobinons les films depuis notre enfance :

  • oui, nous aurons des enfants, comme maman !
  • oui, nous aimerons nos enfants plus que tout au monde, comme maman !
  • oui, nous aimerons nos enfants comme nos baigneurs !
  • oui, maman et papa s’aiment !
  • oui, nous aussi nous rencontrerons quelqu’un comme papa !
  • oui, nous sommes des princesses comme Ariel, comme Pocahontas, comme Belle, comme – euh… l’Auteur sèche…- des tonnes d’autres princesses !
  • oui, nous aussi nous sommes jolies avec une jolie robe et un –abominable mais bon votre mère n’était peut-être pas coiffeuse- palmier avec élastique violet flashy !
  • oui, nous sommes douces et courageuses
  • oui, nous sommes prêtes à tous les sacrifices par amour
  • oui, nous sommes patientes
  • oui, nous pleurerons… mais un jour, quelqu’un verra au travers nous et nous sourirons
  • ETC

Même les parents les plus avertis et les plus ouverts éduquent de manière générale leurs enfants de sexe féminin selon les critères 1) avec lesquels ils ont été éduqués 2) qui permettront à leur enfant de s’intégrer le mieux possible dans la société dont ils sont partie intégrante. Et n’importe qui le comprend aisément !

Les critères permettant de distinguer la « Fille », la Vraie ! n’ont guère évolué depuis… extrêmement longtemps. Néanmoins, il y a eu des évolutions positives !

  • Avant, à moins d’être esclave ou pauvre, la Femme ne sortait pas de chez elle
  • Avant, à moins d’être une fille de mauvaise vie, la Femme ne sortait pas seule ni découverte (le chapeau n’a disparu qu’au cours du XXème siècle, il portait en lui une véritable symbolique distinguant le rang des Femmes)
  • Avant, à moins d’être vraiment d’une famille pauvre ou d’une famille pauvre sans être mariée ou d’une famille pauvre avec une ribambelle de gosses –enfin bref, il fallait être désespérés-, la Femme ne travaillait pas en dehors de la maison
  • Avant, à moins d’être une sacrée féministe ou d’une famille sacrément riche, la Femme n’avait pas de compte en banque personnel sans l’autorisation de son père ou de son mari (1967)
  • Avant, si elle n’avait pas la « chance » d’être stérile, la Femme n’avait aucun moyen de contrôler « pleinement » la contraception

La Femme Française – ou des pays industrialisés riches du Nord- peut aujourd’hui sortir –wouhouh !- sans son père, sans sa mère, sans une demoiselle de compagnie, sans son frère, sans son cousin, sans son fiancé, sans son mari. Elle peut même travailler ET conserver ses gains – youpi ! Elle peut même refuser de rester avec une personne -noooon ! et si et si ma bonne dame ! – et elle peut –incroyable mais vrai- se prémunir contre les grossesses non désirées !

Mais « ça », ce n’est pas la Femme… Non, c’est une Femme Stand-by.

Définition du dictionnaire sicalien

  • Femme Stand-by : une Femme sans Homme n’est pas une Femme « complète ». Pour notre société, la Femme n’est Femme dans toute sa splendeur et son accomplissement qu’accompagnée d’un Homme. Sans Homme, la Femme est en Stand-by,  par conséquent dans l’attente du Premier, du Prochain, du Messie.

Car, malgré tous ces progrès… L’image de la Femme –la « Fille », la Vraie ! – est restée telle que la décrive les poètes enflammés de l’Amour Courtois – même s’il s’agit d’une femme mariée et d’un amour platonique… Preuve une nouvelle fois que les hommes n’aiment courir qu’après ce qu’ils n’obtiendront jamais.

La Femme est donc douce, timide, modeste, calme et sait « parler quand il le faut » ou « faire croire qu’une de ses bonnes idées était en fait l’idée de quelqu’un d’autre ». La Femme aime les roses, les parfums suaves et sucrés, la poésie ET les films romantiques.

Parce qu’une Femme sans amour, une Femme sans Homme, c’est une Femme qui se nourrit par intraveineuse des histoires d’Amour des autres. La Femme attend l’Homme avec lequel sa vie pourra enfin débuter ! Ou au moins commencer de débuter. Et l’Homme recherche certaines choses…

La Femme fait des blagues carambars à la limite, surtout si elle veut démontrer à l’Homme qu’il lui est supérieur. Parce qu’un Homme, c’est quand même lui, le futur Papa, qui ne changera pas les couches mais qui devra passer pour un personnage important. Allez, rassurez-vous, elle a le droit à quelques jeux de mots de bon ton… Ensuite, les blagues ayant rapport au sexe, à la capacité masculine ou aux comportements séducteurs et reproducteurs sont à éviter !

La Femme est une future mère, certes, mais attention : elle en reste de façade aux choux et aux fameuses roses. La Femme est une Mère, pas un individu sexué qui aime jouir cinquante fois dans les bras d’un amant.

Bref, la société et les Maux encensent une Manipulatrice de Génie qui SURTOUT SURTOUT SURTOUT ne se fait JAMAIS prendre la main dans le sac !

Il s’agit donc pour toute aspirante « Fille », la Vraie ! :

  • De ne jamais dire qu’elle déteste les mioches
  • De ne jamais dire qu’elle n’a aucune envie de se marier… et s’installer avec un mec ? Euh… elle préfère chacun son appart
  • De ne jamais dire qu’elle va se faire prendre par trois mecs dans le week-end
  • De ne jamais dire qu’elle est bien, seule
  • De ne jamais dire qu’elle gagne bien sa vie, elle n’est pas inquiète… ben euh non elle ne voit pas en quoi un Homme dans sa vie lui permettrait de…
  • De ne jamais dire qu’elle reste super pote avec ses ex
  • De ne jamais avoir un fou rire monumental sur « Silanus […] l’aimait » (Britannicus)
  • De ne jamais vouloir s’entendre bien avec des inconnus juste comme ça parce que « ah bah la soirée est cool, ils sont cool »
  • De ne jamais crier après son mec
  • De ne jamais même élever la voix lors d’un débat houleux
  • De rougir quand on la siffle
  • De rougir en baissant les yeux quand on l’insulte
  • De ne pas mettre un direct du droit dans la figure d’un/une opposant(e)
  • De garder pour elle chaque fois qu’on lui fait du mal
  • De pleurer en silence pour les choses importantes
  • De pardonner sans reprocher chaque fois qu’on lui fait du mal
  • De pleurer bien fort quand elle se casse un ongle
  • De se faire réconforter par un Homme pour son ongle, elle qui est si fragile
  • De demander de l’aide
  • De demander la protection de bras forts

Pour toutes celles qui ont le malheur de ne pas avoir le moins du monde envie de s’enquiquiner à se taire, à cacher etc… qui ont le désir d’être elles-mêmes…

A ceux qui vous condamneront : qu’ils cessent de complexer et d’emmerder le monde !

A vous, l’Auteur l’écrit en gras : VOUS ETES DES FEMMES, DES FILLES, PARFAITES TELLES QUE VOUS ETES ! Et bon courage.

Jessica Galzin-Spalke

Read Full Post »

LA question que nombre d’ami(e)s se posent sans jamais la formuler, du moins avant de se dire que « là il est vraiment plus que temps ».

Qui s’accompagne d’une autre question « pourquoi ne dois-je rien dire » ?

AVERTISSEMENT
Vous êtes célibataire et vous avez encore de l’espoir dans la Vie, l’Humanité et la bonté naturelle de l’être humain ? Cette chronique n’est peut-être pas pour vous. Ou alors Âmes sensibles, passez directement à la conclusion.

  • Monsieur n’est pas fun. Il ne boit pas d’alcool. Oui, vous me direz qu’en bonne compagnie, sans alcool, la fête est plus folle. Malheureusement, lui, Monsieur n’est jamais bourré et ça ne l’empêche pas de toujours faire une gueule de trois mètres de long. Mais bref, comme il s’agit d’avoir une bonne hygiène de vie en menant une vie de quasi-ascète, il refuse que votre amie boive aussi. Et puis, elle doit aussi arrêter de fumer. Bon, jusque là, ça ne peut pas lui faire de mal tout ça… Elle aura bientôt un foie tout neuf et des poumons décrassés… Mais Monsieur n’aime pas ses amis, il lui fait la gueule dès qu’elle les voit. Il préfère jouer les casaniers et qu’elle reste à regarder la télé à ses côtés. Elle a aussi perdu douze kilos depuis qu’ils sont ensemble : ben oui, Monsieur a été au casino en mai et il a perdu trois mois de salaire et leurs économies… Ca aide de ne plus avoir de quoi se payer de la nourriture ! Et elle a eu la joie de voir débarquer les huissiers dans leur appart’ : Monsieur « vie saine et bonne hygiène » a oublié de payer ses impôts ces trois dernières années. C’est bête !
  • Jeune Patron est un peu plus fun. Lui, il boit. Non ne vous inquiétez pas, nous ne tombons pas dans les excès. Il boit modérément dans les soirées entre potes et il aime danser. Par contre, votre amie n’a plus le droit de porter de décolleté et franchement une femme qui boit, c’est vulgaire ! Jeune Patron a honte : « tu ne te respectes pas en tant que femme pour t’habiller comme une pute ». Depuis qu’il a ouvert son affaire, il n’a plus la moindre seconde à lui consacrer. Enfin, déjà auparavant, il faisait des horaires impossibles afin d’économiser le plus possible pour pouvoir un jour être son propre patron. Elle l’a soutenu et a accepté de ne le voir que les dimanches matins afin qu’il réalise son rêve. De même, elle a avorté au début de leur relation avec son accord mais comme ils ont la chance d’avoir maintenu à flot leur couple, il lui reproche d’avoir sacrifié « leur enfant ». C’est tellement facile de reprocher après coup !
  • Retour du Muscle s’est fait larguer par la Femme De Sa Vie juste avant de se mettre avec votre amie. Et continue de le clamer. Votre amie est cependant folle de lui et continue d’espérer qu’un jour peut-être il se rendra compte que ça fait déjà deux ans qu’ils se sont installés ensemble. Et que la femme de sa vie, c’est peut-être celle avec laquelle il vit.
  • Terreur Geek a rompu avec Candy pour se mettre avec Blanche-Neige. Mais il espère que Blanche-Neige se comportera comme Candy. Seulement, Blanche-Neige n’est pas Candy. Et elle lui prouve au quotidien. Et il lui reproche tout autant. Mais tombe à genoux chaque fois qu’elle parle de le quitter.
  • Les Dents Longues manque de peps…Enfin plutôt de fantaisie. Il bâtit année après année son plan de carrière. Tandis que votre amie passe d’intérim en intérim, de bon poste en mauvais poste toujours au même salaire. Il ne comprend pas qu’elle perde son temps à « stagner ». Il veut absolument être intelligent, intellectuel. Il veut élever son esprit et entrainer le monde dans des débats philosophiques. De quoi vous endormir assez vite quand chaque sujet de conversation prend un tournant vers la quatrième dimension. Bourré de tocs, il ne supporte pas de vivre sans ses chaussures. S’il les enlève pour dormir, en revanche, il ne pourra pas faire le moindre pas sans les remettre, quitte à aller aux toilettes nu, mais chaussé.
  • L’Abruti du Dimanche fait tourner en bourrique votre amie avant de se dire qu’elle est trop bien pour lui. Pour revenir vers elle avec ses « tu vois bien que je ne vais pas bien. Toi tu es forte, j’ai besoin de toi. » Il refuse de faire une thérapie et culpabilise votre amie jour après jour… Ou plutôt matin après soirée, quand elle a eu suffisamment de cran pour abandonner son homme « qui ne va pas bien » pour passer la soirée avec vous.
  • Ventre sur pattes est un égoïste né qui ne se rend compte de l’existence de votre amie que lorsqu’il n’a plus de caleçon dans son tiroir. Ou que ses chemises ont besoin d’être repassées. Ou qu’il a faim. Ou qu’il a envie de sexe. L’avantage, pour le coup, c’est qu’elle sort quand elle veut. Enfin, après avoir cuisiné, lavé, repassé voire baisé.

Le problème dans ce genre de situation, c’est que vous adorez votre ami(e). Et que vous ne voulez pas qu’elle/il se sente obligée de moins vous voir pour sauver son couple. Vous voulez pouvoir la/le soutenir quand elle/il ira mal et fêter avec elle/lui quand elle/il sera heureuse.

Vous, vous jouiriez de pouvoir dire à tous ses mecs : « Casse-toi. » « Mais casse-toi loin de ma copine, qu’elle soit un peu heureuse ! »  « Parce que sans toi, ce sera déjà beaucoup de bonheur ! »

Pourquoi à eux plutôt qu’à elles ? Parce que la différence,  c’est que si ces hommes n’étaient pas juste tournés sur leur satisfaction immédiate, ils se rendraient compte au moins dans une certaine mesure qu’ils ne feraient jamais subir ce genre de choses à la femme qu’ils aiment.

« Ils n’aiment pas vos amies ». Alors qu’elles les aiment. C’est ce que vous pensez. Et dès lors, c’est quand même plus simple pour un homme de quitter une femme qu’il n’aime pas, qu’une femme de quitter l’homme qu’elle aime.

Néanmoins, vous aurez l’intelligence de la fermer, pour continuer de voir vos ami(e)s car la règle d’or est de NE JAMAIS S’IMMISCER DANS UN COUPLE. Vous pouvez attendre le moment « confidences » pour passer le message « ce n’est pas normal », « tu as le droit de vouloir certaines choses ». SURTOUT ne jamais critiquer ouvertement et frontalement l’individu incriminé ! Laissez faire votre ami(e) et approuvez, parfois dites « je n’ai pas trouvé ça normal, mais ça n’engage que moi » mais pas plus !

Le Joker :  « quitte-le » ne peut être prononcé que si votre ami(e) demande clairement « est-ce que je dois le quitter ? » et pas de manière impérative. Employez la tournure détournée « si j’étais toi… Dans de telles circonstances… je le quitterai. »

La raison ? Vous n’êtes pas votre ami(e). Vous n’avez pas les mêmes goûts. Elle pense peut-être exactement la même chose que vous à propos de votre mec. Et elle est peut-être incapable de vivre autrement une relation.

Jessica Galzin-Spalke

Read Full Post »

Oui, le Sica’s Blog est toujours pa-ci-fi-que. Néanmoins, après avoir lu qu’un internaute était arrivé sur le Sica’s Blog avec cette recherche, votre Auteur adorée s’est demandée –culture générale oblige- ce qu’on pouvait trouver comme idée tordue sur Internet… Et LE choc.

Rien. Si vous cherchez –alors évidemment l’Auteur n’allait pas non plus y passer plus d’un quart d’heure- « comment me venger de mon ex », vous ne trouverez aucune réponse pour soulager votre petit cœur ! Nada ! Nichts ! Nothing ! At all !

Même pas un petit blog de rien du tout pour y référencer des idées stupides qui au moins vous permettraient de rire même si vous ne les appliquez pas –et autant ne pas les appliquer- mais s’organiser une bonne soirée entre potes à lire les pires idées.

Donc rien. Juste une tonne de : « tu vaux mieux que ça, j’en suis sûr », « la vengeance, c’est bas, et ça ne te soulagera pas », « le pire que tu puisses lui faire c’est être heureuse et l’oublier ».

Moui. Le Net est un monde merveilleux de Bisounours anonymes. Trop MI-GNON. Et à vomir limite. Parce qu’il y a des fois, oui, la vengeance, ça a beau être stupide, ça fait du bien ! Le simple fait de monter des plans de vengeance fait du bien. Pourquoi ? Parce que parfois, vous en avez bavé. Encore et encore. Et que, malgré la rupture, ô Délivrance !, vous aimeriez bien qu’il y ait une justice dans la vie.

Ensuite, évidemment, l’Auteur ne vous recommande pas de vous venger… Mais elle comprend parfaitement que vous puissiez avoir besoin d’exprimer cette rage en vous.

Alors si vous n’avez pas une bande de super amies qui sont prêtes à réaliser une pinata en forme de cœur que vous exploserez à coups de batte de base-ball… (L’Auteur aime ses amies plus que tout au monde, et vous comprenez  à présent parfaitement les raisons de cette passion…)

… Prenez une tasse de thé, un mug de chocolat chaud, une bolée de cidre ou carrément votre bouteille de vodka, installez-vous confortablement, avec ou sans vos potes, et poursuivons !

  • Son numéro de téléphone…

Et si vous avez son numéro pro…
Pour oublier votre ex, rien de mieux qu’un petit week-end loin du quotidien… L’occasion rêvée pour dire à tout le monde que vous passez le week-end chez vos parents et aller vous éclater dans n’importe quel lieu qu’il vous plaira.
Vous pourriez alors écrire ou faire écrire (on ne reconnaîtra définitivement jamais votre écriture) le numéro de votre ex sur les murs des toilettes « homme » de la boîte de nuit locale ou dans les bars gays avec « célibataire depuis six mois recherche à sucer et plus !»
Ou aussi l’inscrire sur les murs des toilettes de l’hôtel (avec « call girl que je recommande » à la place), des toilettes de la gare, des stations-service…
Bref, et si vous êtes trop fauchée pour partir, vous pourriez aussi le mettre dans des bars dans lesquels vous n’aviez jamais mis les pieds.

Enfin, vous pourriez aussi ne compter que sur la solidarité des Anonymes et écrire : « un gros con à emmerder » et son numéro de téléphone.

 

  • Sa réputation…
    Ca peut prendre du temps…
    Evidemment, si vous commencez à vomir sur lui devant tout le monde en explosant de haine, les gens vont en avoir vite marre. Il faut être un tantinet plus subtile… D’abord ne rien dire, pas même la vérité… Surtout à ses amis, si vous avez gardé contact. La phrase : « c’est encore trop… Je ne veux pas en parler, excuse-moi ».
    Et puis, un jour, vous pourriez fondre en larmes, vous excuser encore, vous pourriez leur dire que vous ne voulez surtout par leur dire à EUX quelque chose sur LUI, alors qu’ils l’aiment, que c’est leur ami. Ca ne se fait pas.
    Avec ça, si vous balanciez les saloperies qu’il vous a faites… Personne n’oserait penser du mal de vous. Et au moins ça vous éviterait d’avoir à porter la culpabilité de la rupture. (Et si c’est un Ex Abominable, nous pouvons supposer qu’il vous fait en plus porter le chapeau)
    C’est la raison pour laquelle jouer les hypocrites avec les potes durant toute une relation est important…

 

  • La décoration intérieure…
    Vous habitez toujours ensemble ? Et c’est lui qui garde l’appart ? Vous n’avez absolument pas le droit de dégrader l’appartement, ça pourrait vous valoir des ennuis… Mais vous pourriez redécorer ! Le salon était blanc et beau et super cool ? Il ne tient qu’à vous de trouver le pot de peinture couleur rose Barbie. Pour les draps, la même, d’autant que vous pourriez partir avec ceux que vous aurez changés. De même pour le siège des toilettes etc…

 

  • Les papiers…
    Pas facile… mais faisable !
    Vous pourriez faire ami-ami avec une bande de moineaux… Ou de jeunes adolescents spécialisés pickpockets ! Ou vous pourriez les payer, carrément. Ils n’ont qu’un seul engagement : voler, toutes les trois semaines, durant trois mois, le portefeuille de votre ex.
    Ca prend deux semaines de refaire sa carte d’identité.
    C’est illégal… Mais si vous vous déguisiez bien…

 

  • L’intimidation…
    Si votre ex est dans la mafia ou dealer ou… à ne peut-être pas utiliser.
    Vous pourriez engager –ou rencontrer des âmes charitables…- une bande de gros bras. Pendant une semaine tous les matins, ils se planteraient devant sa porte et le fixeraient tous méchamment le temps qu’il sorte. Ils ne bougeraient pas. Juste être là. S’il les cherche, ils lui répondraient juste « qu’est-ce que t’as, on te connait pas », mais sans le quitter des yeux.
    Puis rien la semaine suivante. Ils reviendraient l’autre semaine, même manège. Rien la suivante. Puis deux jours après. Puis rien pendant dix jours. Puis trois jours. Puis rien pendant un mois. Puis de nouveau une semaine. Puis stop.
    S’il n’a pas la conscience tranquille, vous êtes sûre qu’il aura eu les jetons.
    L’intimidation, même exercée par autrui, est illégale… Pensez aussi à donner un faux prénom…

 

  • Sa boîte aux lettres…
    Vous pourriez la remplir de prospectus –pas de lettres de menaces ! Tous les soirs. Voire de pire… Mais ne vous faite pas prendre la main dedans !
    Voler son courrier est illégal. En fait remplir sa boîte aux lettres l’est aussi… mais c’est bien moins grave.

 

  • Payer deux prostituées…
    Vous pourriez ! L’une pour le séduire et aller coucher avec lui. Et, après l’acte, qu’elle lui dise « et bien, tu es le plus mauvais coup que j’ai jamais connu… »
    La deuxième pour le séduire, le suivre et au moment de… « Je suis une pro, c’est 100 euros la fellation. Allez, joue pas avec moi, c’est pas comme si un mec comme toi pouvait se trouver une fille pour la nuit ! »
    Ou simplement lui refaire le coup du « pas terrible, un jour, tu pourras peut-être te pencher un peu sur le plaisir de ta partenaire… » et « non merci, moi, ça m’a suffit, une fois ! »

 

  • La cabine téléphonique…
    Vous pourriez aussi penser quand même à mettre des gants. Et appeler son bureau/surtout le standard –ou faire appeler- à un moment que vous savez inopportun –  : il a oublié de fermer le robinet et l’eau coule sur le palier. Les pompiers vont arriver et, s’il n’est pas là à leur arrivée… Ca signifie une porte défoncée.
    Ne pas usurper l’identité des voisins, c’est illégal de se faire passer pour une personne, seulement que vous appelleriez de leur part !

 

Les erreurs à éviter 

  • La vengeance n’est pas seulement un plat qui se mange froid, c’est un plat qui se savoure aussi avec une bonne dose d’anonymat.
  • Ne jamais se vanter à quiconque de vous être vengée –sauf réelles exceptions telles que vengeance presque inutile qui est passée quasi inaperçue aux yeux de votre ex mais qui vous a néanmoins amplement satisfaite sur le principe OU vos ami(e)s n’ont VRAIMENT jamais aimé votre ex.
  • Toujours vous créer un solide alibi. Ou au moins avoir la bonne idée d’aller dans des endroits où personne ne vous connait, en perruque avec des lentilles de couleur.
  • Diffuser des photos, mettre une annonce sur Internet « j’aime me faire sodomiser et je suis un homme, un vrai », c’est illégal et les flics vous retrouveront sans peine.

 

Jessica Galzin-Spalke

Read Full Post »

Le premier et plus grand défaut de la Saint Valentin, c’est bien son fantasme. Un fantasme marchand qu’on pourrait imputer uniquement à l’industrie de la carte postale… mais qu’il serait plus réel d’épingler à l’actif de l’American Way Of Life.

Ben voui, à cause de dizaines de films bien pensants, des milliers de cœurs français saignent désormais à la St V. Les pauvres filles attendent désespérément LA rose, LE chocolat, LA bague. Et, bien souvent, RIEN.

Ou elles sont célibataires… Et la débauche publicitaire rappelle pour celles qui en souffrent que ben oui, elles, c’est sûr, LA rose, LE chocolat, LA bague : NIET.

L’Auteur n’a rien pour la St V. Bien au contraire. Ou plutôt si : elle adore envoyer des messages d’amour à toutes ses amies et signer « ton admirateur anonyme » – ce en ne pensant jamais à se mettre en numéro caché. (Une réussite, donc.)

L’Auteur défend une vision du couple bien plus débile : penser à l’Autre quasiment tout le temps, envoyer régulièrement une carte postale sympa ou romantique, offrir un bouquet comme ça, un chocolat comme ça, un calepin comme ça, un jouet sexuel dont vous offrez le manuel sur lequel vous écrivez « à ce soir », ou « ce soir, je me suis arrêtée à la boulangerie pour te prendre ton dessert préféré ! »

Le quotidien, c’est bien mieux que les grandes dates. Et pourquoi on aime savoir que l’Autre pense à nous ? Ben on est censés un peu s’aimer… Et parfois se le montrer. C’est beau « la confiance ». C’est beau « je sais que tu m’aimes ». Et c’est beau aussi de l’entendre et le voir. Ca fait chaud au coeur, de se dire « ouah ! je suis avec quelqu’un que j’aime, qui m’aime, et en plus, on n’hésite pas à se faire plaisir ! »

Bref, la St V, pas forcément une adepte puisque c’est plutôt la bonne excuse pour ne rien faire le reste de l’année. Néanmoins, cette année… l’Auteur était vers 17h30 à un arrêt de bus, gelée, quand le discours de trois hommes sur la fameuse Saint Valentin l’a désolée.

Et ces trois hommes étaient désolants car au quotidien, vu les propos, ils doivent être de vrais abrutis inattentifs à longueur d’année… « Je suis obligé de penser aux fleurs, vu que j’avais oublié son anniversaire. » « Comme si je n’avais que ça à faire que de me faire –biiiip- à faire la queue pour des fleurs. »

Et que donc même une journée par an, ils sont incapables de montrer un brin d’enthousiasme pour une fois pour offrir un peu d’attention à l’Autre.

Ces charmants gabarits, pieds sous la table ou postérieurs vissés sur le canapé devant l’écran de télévision 363 jours minimum par an, n’ont pas compris que ce n’est pas tant les fleurs que leurs Femmes attendent avec impatience que leur sourire et ce petit truc dans les yeux –usuellement éteints par le « métro-boulot-dodo »- qui fait qu’elles se savent LA Femme irrésistible aux leurs.

Mais comme la plupart des Hommes, ils se laissent leurrer : « je vais lui offrir le plus cher, elle sera contente ». Non, ce n’est pas le plus cher bouquet qui est attendu… Ce qui est attendu, c’est leur fleur préférée.  Ou le chocolat si allergique aux pollens.

Saint Valentin, Je m'adore !

Saint Valentin, Je m’adore !

Et le « je t’aime » pensé et inspiré qui se lit sur les traits de l’Homme.

Tout ça pour en arriver au très mauvais jeu de mots auquel l’Auteur a malheureusement donné naissance ce jour funeste –il faisait vraiment froid- qui remet en lumière le scandale des plats préparés et de la viande de cheval :

« Ces trois mecs sont vraiment des… des cons gelés… »

…D’aussi bonne origine que les lasagnes, sans aucun doute possible !

 

Jessica Galzin-Spalke

Read Full Post »

Older Posts »