Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for février 2013

En 1542, Jacques Cartier rentre d’un troisième voyage au Canada, effectué spécialement pour y suivre la piste de l’or des Amériques tant convoité par les Européens… Il revient avec une cargaison d’ « or » et de « diamants »… qui, après expertise sur le vieux continent, s’avèrent être de la pyrite et du quartz, les deux sans valeur.

Définition du dictionnaire sicalien

  • « Il est de pyrite et de quartz » : la découverte que l’Homme, que la Femme avait pris pour une pépite d’or ou un diamant, une vraie merveille en somme, n’était rien de plus qu’un vulgaire caillou de fer sulfuré ou de quartz… Bref, sous la couche brillante, émiettée, un vide sidéral et sidérant…

Et depuis quelques temps, vous avez carrément commencé, à votre grand désarroi, une collection éblouissante de pierres sans valeur. Vous en avez assez parce qu’en collectionnant les pyrites, vous vous sentez en situation d’échec. Mais qui est le plus fautif : la pyrite qui s’espère d’or ou vous ? Parce que bon, pourquoi la Pyrite ne s’estimerait-il pas légitimement une pépite d’or ? Après tout, si vous, vous n’en voulez pas, une autre s’en chargera.

En attendant, la collection s’allonge… Oui, vous êtes certainement atteinte du Trouble dit de Cartier.

Définition du dictionnaire sicalien 

  • Trouble dit de Cartier : tellement vouloir une chose, notamment pour Jacques de l’or, pour vous rencontrer l’Homme Idéal, qu’on se laisse éblouir aux premiers éclats dorés.

Petite touche culture : comme les Français étaient trop occupés en Italie à essayer de grappiller des territoires, ils ont loupé le coche sur une partie des « grandes découvertes » à la Colomb… En 1494, l’Espagne et le Portugal se partage le « Monde », au moins le « nouveau », sous l’égide du Pape avec le Traité de Tordesillas… et à partir de 1515 et l’arrivée au pouvoir d’un certain François 1er, le Français à la tête de tous les autres s’outrage : « Le soleil luit pour moi comme pour les autres, je voudrais voir la clause du testament d’Adam qui m’exclut du partage du monde. »

(NdlA : ce qui promet une prochaine chronique sur le Syndrome de François : « mais pourquoi suis-je pauvre ? Je voudrais voir la clause du testament d’Adam qui m’exclut du partage du monde et de ses richesses. »)

  • Pourquoi Jacques Cartier s’est-il laissé avoir ?

Parce qu’il en rêvait de cet or. Puisque, contrairement à ce qu’on veut bien nous Européens croire, nos « ancêtres » ne se sont pas amusés à partir à la rencontre du nouveau monde pour le plaisir d’apprendre de nouvelles langues, d’échanger les points de vue, de prendre –ah si… ça, prendre, c’était bien justement l’objectif.

Si Cartier a pu partir en 1534 découvrir le Nord Ouest avec navires et équipage, financés par le Roi lui-même, c’est bien qu’on espère que l’entreprise sera rentable et qu’on pourra adresser une belle grimace aux caravelles remplies d’or des maudits Espagnols ! (Et Portugais.) Bref, l’or, les diamants, il en rêvait…

Tout comme vous. Vous, vous rêvez de la personne qui « vous aimera pour qui vous êtes » et que vous aimerez « presque pour qui il est » Oui, autant l’avouer, chacun a des aspirations très illusoires : intelligent, drôle, curieux, tendre, passionné, beau, riche… Grand, brun, yeux marron expressifs, épaules… (Aaaaargh !) (Commentaire presque de l’Auteur)

Aussi, quand une pépite d’or vous est offerte, là, comme ça, au détour de l’allée d’un parc, d’un pot de fleur dans un salon, de l’entrée des bureaux, d’un zinc, vous ne pensez guère à vous munir de petites loupiottes et loupe pour vérifier si ce n’est pas du fer sulfuré.

Non. Parce que voici quatre ans que vous attendez, voici deux ans que vous avez rompu, voici tout votre petit quart ou tiers de vie que vous espérez… Et que vous en avez marre à la fin d’être tout seul ! (ou toute seule). Votre couette est très chouette, mais des bras… un torse… L’Homme qui saura discuter, écouter, répondre, raconter, échanger, partager… (Quand l’Auteur écrit que vous rêvez !)

Et la collection de pyrites vous laisse émotionnellement brisée. Vous vous remettez en cause. « Pourquoi ça ne marche jamais avec moi ? » « Suis-je trop exigeante ? » « Pourquoi ?!!!! »

Dans un premier temps, restez positive : plus vous rencontrez de Pyrites, plus vous savez ce que vous ne voudrez jamais plus retrouver chez un Homme ! Dans un second temps, posez-vous les bonnes questions : qu’attendez-vous vraiment d’un Homme et d’une relation ?

Si vous attendez l’Amour et la Passion… Bon courage, chères VCR. Si vous attendez Stabilité et Projets à deux pour deux pour être plus que deux dans pas si longtemps… Ca se trouve. Si vous attendez  Argent et Plan logement… Pas mal de Pyrites peuvent s’avérer finalement une pépite d’or.

Bref, comme Jacques Cartier, vous vous focalisez sur l’objectif « ramener de l’or » et pas sur « j’aimerais vraiment trouver de l’or, du vrai, dans lequel je vais pouvoir mordre à pleine dent et qui ne se tordra pas ».

Ne restez pas bloquée sur ses magnifiques abdominaux et renseignez-vous sur lui, son caractère, ses envies, ses projets… et que sait l’Auteur ! ce qui fait VOS intérêts.

Donc c’est à vous de vous reprendre en main quand une semble-t-il pépite d’or/Homme vous aborde ! N’hésitez plus : Mordez-le ! 

Jessica Galzin-Spalke

Culture + : la fin n’a jamais été publiée mais sur le même sujet : Fool’s Gold, Amy Reeder Hadley, publié par Tokyopop.

Publicités

Read Full Post »

Le premier et plus grand défaut de la Saint Valentin, c’est bien son fantasme. Un fantasme marchand qu’on pourrait imputer uniquement à l’industrie de la carte postale… mais qu’il serait plus réel d’épingler à l’actif de l’American Way Of Life.

Ben voui, à cause de dizaines de films bien pensants, des milliers de cœurs français saignent désormais à la St V. Les pauvres filles attendent désespérément LA rose, LE chocolat, LA bague. Et, bien souvent, RIEN.

Ou elles sont célibataires… Et la débauche publicitaire rappelle pour celles qui en souffrent que ben oui, elles, c’est sûr, LA rose, LE chocolat, LA bague : NIET.

L’Auteur n’a rien pour la St V. Bien au contraire. Ou plutôt si : elle adore envoyer des messages d’amour à toutes ses amies et signer « ton admirateur anonyme » – ce en ne pensant jamais à se mettre en numéro caché. (Une réussite, donc.)

L’Auteur défend une vision du couple bien plus débile : penser à l’Autre quasiment tout le temps, envoyer régulièrement une carte postale sympa ou romantique, offrir un bouquet comme ça, un chocolat comme ça, un calepin comme ça, un jouet sexuel dont vous offrez le manuel sur lequel vous écrivez « à ce soir », ou « ce soir, je me suis arrêtée à la boulangerie pour te prendre ton dessert préféré ! »

Le quotidien, c’est bien mieux que les grandes dates. Et pourquoi on aime savoir que l’Autre pense à nous ? Ben on est censés un peu s’aimer… Et parfois se le montrer. C’est beau « la confiance ». C’est beau « je sais que tu m’aimes ». Et c’est beau aussi de l’entendre et le voir. Ca fait chaud au coeur, de se dire « ouah ! je suis avec quelqu’un que j’aime, qui m’aime, et en plus, on n’hésite pas à se faire plaisir ! »

Bref, la St V, pas forcément une adepte puisque c’est plutôt la bonne excuse pour ne rien faire le reste de l’année. Néanmoins, cette année… l’Auteur était vers 17h30 à un arrêt de bus, gelée, quand le discours de trois hommes sur la fameuse Saint Valentin l’a désolée.

Et ces trois hommes étaient désolants car au quotidien, vu les propos, ils doivent être de vrais abrutis inattentifs à longueur d’année… « Je suis obligé de penser aux fleurs, vu que j’avais oublié son anniversaire. » « Comme si je n’avais que ça à faire que de me faire –biiiip- à faire la queue pour des fleurs. »

Et que donc même une journée par an, ils sont incapables de montrer un brin d’enthousiasme pour une fois pour offrir un peu d’attention à l’Autre.

Ces charmants gabarits, pieds sous la table ou postérieurs vissés sur le canapé devant l’écran de télévision 363 jours minimum par an, n’ont pas compris que ce n’est pas tant les fleurs que leurs Femmes attendent avec impatience que leur sourire et ce petit truc dans les yeux –usuellement éteints par le « métro-boulot-dodo »- qui fait qu’elles se savent LA Femme irrésistible aux leurs.

Mais comme la plupart des Hommes, ils se laissent leurrer : « je vais lui offrir le plus cher, elle sera contente ». Non, ce n’est pas le plus cher bouquet qui est attendu… Ce qui est attendu, c’est leur fleur préférée.  Ou le chocolat si allergique aux pollens.

Saint Valentin, Je m'adore !

Saint Valentin, Je m’adore !

Et le « je t’aime » pensé et inspiré qui se lit sur les traits de l’Homme.

Tout ça pour en arriver au très mauvais jeu de mots auquel l’Auteur a malheureusement donné naissance ce jour funeste –il faisait vraiment froid- qui remet en lumière le scandale des plats préparés et de la viande de cheval :

« Ces trois mecs sont vraiment des… des cons gelés… »

…D’aussi bonne origine que les lasagnes, sans aucun doute possible !

 

Jessica Galzin-Spalke

Read Full Post »

Cette petite phrase titre est le leitmotiv de l’Auteur.

Pour rassurer pas mal d’entre vous : non, l’Auteur n’est pas décédée. Non, l’Auteur n’a pas fini de décrypter l’indécryptable. Non, l’Auteur était juste terriblement occupée tout le long de ce mois de mi-janvier – mi-février…

Cependant : Sica, le Retour !

Et voici la bonne raison pour laquelle l’Auteur n’a pas eu le temps de bloguer :

carré tableaux

Read Full Post »