Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for août 2012

Définition du dictionnaire sicalien :

  • CNS : Cruche Naturelle en Séduction : individu de sexe féminin qui ne sait pas tourner sa langue sept fois dans sa bouche, qui aime la simplicité et a du mal à comprendre pas mal de « subtilités » du « discours amoureux ». Elle estime, si l’Homme l’intéresse, qu’il vaut mieux être claire : « je peux tenter de te séduire ou… pas ? »

Une CNS n’est cependant pas à confondre avec une CTC (cruche-tout-court), qui elle est atteinte d’absence générale de réflexion à l’exception des cas notables où un Homme entre en jeu. Autant elle ne lit pas, ne comprend quasiment rien, autant pour séduire un Homme et lui mettre la corde au cou, elle est diaboliquement brillante.

  • Tout ne lui est pas dû, pense la CNS.

Vous êtes seule au bar dans une ravissante petite robe noire. Le barman vient de déposer quasiment sous votre nez une coupe de champagne. Vous regardez la coupe, vous relevez la tête en direction du barman… Las, il a déjà disparu servir à l’autre bout du bar. Vous regardez autour de vous. Vous captez l’attention, au loin, du barman et lui adressez un froncement de sourcil interrogateur. Du menton, il vous désigne un homme.

« Euh… C’est pour moi ? »

Vous posez légitimement la Question : personne ne vous a rien dit.

« Non, c’est pour la fille derrière. »

Ah ! Vous vous sentez soulagée, quoique vous viviez un grand moment de solitude, vous souriez et vous vous retournez. Derrière vous, un vide intersidéral. La fille s’est peut-être momentanément absentée ? Elle va peut-être revenir… Ou alors, l’Homme a voulu donner une réponse originale et la coupe de champagne est pour vous. Dans le doute, vous laissez passer deux à trois minutes …

Aucune femme n’arrivant, vous prenez délicatement enfin la coupe, saluez et remerciez. Oui, plus de doute : elle était bien pour vous. Et non, non, évidemment, l’Homme n’était absolument pas mort de rire à observer votre petit manège.

  • Exemple bis : Ça marche aussi si vous découvrez près de votre verre, alors que vous vous étiez absentée pour vous « repoudrer le nez », une rose blanche.

Vous avez demandé au barman à qui elle était, il vous a répondu qu’il ne savait pas, n’ayant rien vu. « Mais sans doute pour vous. » Mais personne aux alentours. Vous regardez la rose. Vous scrutez les visages autour… Personne. Pas le moindre sourire, regard… Pas un indice. Une jeune femme apparait, vous lui demandez si la rose est bien à elle, elle la prend.Vous apprendrez quelques semaines plus tard lors d’un dîner en tête à tête avec l’Homme que vous avez néanmoins rencontré ce même soir que c’était lui qui avait déposé cette rose près de votre verre. Ah. Vous ne pouviez pas non plus deviner.

  • Réunissez les « quatre paires » et l’Homme saute sur tout, se persuade la CNS.

Les quatre paires étant, de haut en bas et non du plus important au moins important (quoiqu’il y ait un grand débat entre Maux entre la poitrine et le postérieur) (résultats dans un mouchoir de poche):

  • Les yeux
  • Les seins
  • Les fesses
  • Les talons hauts

Dès lors, vous estimez qu’il est curieux qu’on vous trouve plus intéressante qu’une autre puisque, dans le bar, pas mal de filles correspondent. Sur la dizaine, deux seulement n’ont pas de talons hauts. Aucune n’est borgne. C’est dire s’il y a du choix. Mais non, c’est vous qu’il est venu voir. Si. Si. Vous n’êtes pas qu’une « quatre paires », vous êtes charmante, piquante et intelligente.

Quand il vous en fait le compliment, pas la peine de penser « oh ! Qu’il est gentil ! »

[Par ailleurs, si un Homme regarde une autre alors qu’il est avec vous, il entre dans la catégorie « goujat » non pas dans la catégorie « c’est normal, elles étaient toutes jolies ».]

  • « Qu’est-ce que tu paries ? » demande l’Homme.
    « Oh ! Ce que tu veux ! » répond la CNS.

De là, l’Homme en question étant un gentleman, une formidable réplique : « mais tu vis vraiment dangereusement toi… »
Pourquoi ? Parce qu’une Cruche Naturelle en Séduction n’envisage pas que l’Homme qui lui fait face n’envisage que de la dévorer. « On va dire que l’enjeu est un gin tonic, d’accord ? » Ouf ! Il existe encore des Hommes, des Vrais !

  • L’Homme est un être civilisé, estime la CNS.

Aussi, quand un Homme lui parle, qu’il danse avec elle, c’est parce qu’il la trouve sympathique et pour faire connaissance ! Il se rapproche, il lui prend le visage entre ses mains… et le baiser a lieu. Et voilà une CNS reprenant contenance et tentant de cacher l’écarquillement de ses paupières.

  • L’Homme est un être sacrément égoïste, s’il est gentil, c’est qu’il veut quelque chose, s’inquiète la CNS.

Mais quelque chose de louche.

« Je vais aller faire quelques courses. Il y a un plat que tu dois goûter, il faut que je fasse des préparations un peu en avance… La prochaine fois qu’on pourra dîner ensemble, je pourrai te le faire découvrir ! »

Regard adorable, sourire tendre… avec un « projet » sur plusieurs jours pour « vous » ? La CNS commence à s’inquiéter… Qu’est-ce qui va lui être demandé en échange ?

  • L’Homme qui la rappelle doit s’ennuyer terriblement, juge la CNS.

Ben voui. La CNS se juge normale, pas mieux qu’une autre… alors bon, si un homme la rappelle, c’est peut-être une erreur ? Ou alors une bonne raison comme le fait qu’il s’ennuie. C’est la raison pour laquelle elle préfère dans un premier temps ne pas prendre au sérieux une relation et que celle-ci soit libre dans les premières semaines. Et au bout d’un moment, si les deux individus continuent de se fréquenter et de s’apprécier… Envisager un peu plus.

 

La CNS est donc un individu avec un relatif succès auprès de la gente masculine, même si elle est la première à admettre qu’elle ne comprend pas pourquoi.

Le secret ? Certainement son côté naturel. Les hommes doivent vous trouver rafraichissante et pour le coup « inattendue » et pas « prise de tête », l’expression à la mode pour décrire une « relation idéale »,  vu que vous ne vous attendez à rien de leur part.

  • Dernier point : La CNS conjugue (pas tout le temps) généralement une ou plusieurs atteintes : de la Real Love Phobia à l’Anomalie de la Taupe en passant par l’Effarouchée Affective… Elle ne considère donc rien comme acquis et par ailleurs l’acquis la fait trembler. Plus même, elle freinera des deux fers si elle se sent trop bousculée émotionnellement. N’ayant guère confiance en sa séduction propre, elle s’attend le plus souvent à être utilisée puis laissée pour d’autres aventures et elle se rassure ainsi car elle place sa liberté au premier plan, sa liberté de ne pas souffrir.

Donc, pour le lectorat féminin : soyez naturelles !

Pour le lectorat masculin… ben… euh : bon courage !

De nombreux remerciements : Amie Anonyme, Miss Choco, Mouton Exilée et Journaliste de l’Extrême

Jessica Galzin-Spackle

Read Full Post »

Une rencontre. Une journée. Un coup de foudre. Une après-midi. Sentimental. Une conversation. Intellectuel. Une connexion. Physique.  Une nuit. Enfin.

Le lendemain ? Il vous écrit qu’il est à Las Vegas où sa petite amie vient de le rejoindre… Ils ont toutes les chances de vivre heureux ensemble… au moins le temps du séjour.

Vous vous demandiez encore comment un Homme réfléchit ? Vous êtes parti(e) dans moults directions et à chaque fois avez fini par rencontrer une impasse ? Normal ! Vous n’aviez pas la bonne piste et pour cause, même l’Auteur n’y avait pas pensé, malgré sa simplicité. De toute façon, l’être humain aime se compliquer la vie… Comme d’habitude pour comprendre le mode de pensée de l’H.I, il suffisait d’y penser et d’entrer dans un bar !

Définition du dictionnaire sicalien

  • L’Homme Ingénu ou (H.I) : individu de sexe masculin assez simple, non seulement dans la vie de tous les jours mais aussi dans son raisonnement général. Il peut assez souvent rejoindre la « Vraie » Fille. C’est un pragmatique agaçant et finalement parfaitement égoïste : il trompe les yeux grand ouverts.
    L’H.I se distingue de l’Homme Adultère autrement qualifié de EPC (En Pleine Croissance)-l’Auteur se penchera sur ce cas plus tard- par son absence totale de remords ou de considération pour sa compagne.
  • Sms de H.I :
    « Et n’oublie pas : si tu hésites entre deux cocktails, prend les deux. »

Vous avez rencontré cet homme absolument gé-nial. Vous discutez des heures durant, chaque verre se transforme en hydromel vous portant sur son petit nuage… Il n’y a pas d’ailleurs que le verre que vous buvez… Chaque parole que l’H.I prononce vous touche. Votre petit cœur vibre sous son archet tendre.

Sa situation ? Un peu compliquée, certes. Il est en pleine rupture avec sa copine. Insupportable. Odieuse. Invivable. Instable. Et lui, monstre sentimental, se sent tellement coupable de mettre fin à leur relation alors qu’elle est « bouleversée » pour être poli… mais il ne peut faire autrement. Vous le comprenez : on ne peut pas ne pas obéir à l’élan de son cœur.

D’autant que, depuis qu’il vous a rencontrée… C’est encore plus flagrant ! Mais vous n’y êtes pour rien ! Leur couple était en péril depuis des mois ! C’est juste qu’après vous avoir rencontrée, il se rend encore plus compte de l’Erreur dans laquelle il s’est perdu !

Bref, vous avez craqué. En beauté. Et ce- précisons-le en gras, car l’Auteur reste humaine et aime en profiter – malgré les conseils éblouissants de votre amie qui vous avait bien dit « FUIS FUIS FUIS » doublé d’un « je ne veux pas ramasser ton petit cœur à la cuiller. Donc si tu veux tenter quand même, sois bien consciente qu’il va retourner avec sa copine ».

L’avantage ? Votre copine vous l’avait bien dit en long, large et travers, sans vous juger et vous n’êtes pas tombée de trop haut. Un peu quand même parce que vous l’aimiez bien, vraiment, mais la chute est à apparenter plutôt à une chute de l’escabeau que de l’échelle. Vous lui direz au téléphone « tu avais raison » et elle appréciera tout en se désolant d’avoir eu raison. (Comme si l’Auteur pouvait avoir tort ! Pffff !)

L’Homme Ingénu se comporte dans la vie comme s’il était dans un bar. Il a une copine ? Une femme ? Une vie bien rangée qu’il aime telle quelle ? Oui. Mais soudain, accoudé au zinc, il se rend compte que sur le panneau mural, juste en dessous de son Mojito usuel figure un Orgasme (Téquila-Get27-Bayley ‘s)…

Que faire ? Là, oui, en tant que célibataire, c’est vrai, la question ne se pose pas : testons (encore faut-il aimer la menthe, malheureusement…)! Mais en tant qu’ « homme pris », la morale voudrait qu’il y ait réflexion, réflexion et puis un « soyons raisonnable » après tant de bière et de Mojitos… L’H.I, lui, ne doute guère. Il passe à l’Orgasme et reviendra sans culpabilité au Mojito.

Pour le lectorat « féminin » :

  • Si vous êtes simplement une jeune femme normale, vous fuyez évidemment toutes les situations qui pourraient vous valoir l’appel terrorisant d’une femme trompée qui rejetterait sur vous la faute de son Homme. Restez-en à votre merveilleux ginto au Bombay, vous ne pourrez que vous en félicitez.
  • Si vous êtes romantique et souhaitez l’Amour fou passionné destiné… FUYEZ ! Si les hommes sont des lâches et ont peur il est vrai de lâcher la proie pour l’ombre, soyez sûres d’une chose : les Maux détestent qu’on les emmerde. Si ça n’allait vraiment plus avec leurs copines, ils se débrouilleraient pour qu’elles les quittent ! Ne comptez jamais sur un Homme pour une rupture, surtout s’il se sent coupable vis-à-vis de la pauvre fille… il ne veut pas la quitter. Son palais veut juste un goût nouveau avant de revenir à son cocktail préféré.

Jessica Galzin-Spackle

Read Full Post »

De manière générale, les « vraies » filles se démarquent peu parce qu’elles sont majoritaires dans notre société. Elles aiment le rose… bonbon. Et le rose fuchsia. Et le rose lait-fraise aussi à la réflexion… Elles aiment faire du shopping… Elles font du sport comme il faut… Elles lisent des magazines féminins…

Normal, hein ? Des femmes comme les autres ? A quelques nuances près :

  • … ah mais le rose, c’est que pour les filles ! C’est comme ça qu’on se reconnait loooool !
  • … enfin, elles aiment surtout passer des heures à essayer des vêtements qu’elles ne comptent pas acheter.
  • … notamment du stretching… Vous comprenez le sport, c’est pas du plaisir, c’est pour dompter la cellulite.
  • … chaque page est scrutée à la loupe, pour être bien sûres de ne rien avoir loupé de la dernière gomme sortie en forme de hauts talons ou du pantalon à 850 € et être « in ».

Elles ne vivent que pour une raison : l’Amour. Ou plutôt, même si ça, c’est un grand secret jusqu’alors précieusement gardé pour laisser de l’espoir à l’Homme, pour leur pomme en fonction de ce qu’elles ont appris depuis toutes petites. Le bonheur, c’est un Homme qui les protège, un Homme qui partage les factures (à plus de 75 % si possible) (vous croyez que les Louboutin permettent sérieusement de verser plus de 25 % dans une vie commune ?!) (D’ailleurs, c’est normal pour les Hommes d’investir : ils croient qu’elles leur plairont encore si elles ne s’entretenaient pas ????) (C’est pour eux et non pour elles !), des enfants parce qu’enfanter est le but incontournable de toute apparition de petite fille sur terre, et évidemment la maison (qui dit « famille » dit « lieu de vie » acceptable) avec les voitures (bah attendez, faut pas déconner) et le jardin (dans lequel peut-être, leurs enfants pourront trouver un moyen de s’éliminer naturellement). Elles acceptent donc pleinement le Jeu social.

Le but véritable : la sécurité d’un endroit où vivre jusqu’à ce que mort s’ensuive.

Plusieurs raisons d’agacement :

  • Ce sont de « vraies » filles : donc des « vraies » chieuses, pleurnichardes, geignardes et exigeantes envers les autres –mais pas elles-mêmes, vous comprenez, elles ne sont que de pauvres jeunes femmes fragiles qu’il convient de traiter en Pralines, contraction curieuse de « Princesse de Porcelaine ». Allez supporter leurs conversations… Vous en auriez mal à la tête pour leurs mecs s’ils n’étaient pas des FCF, Futurs Chefs de Famille, très exactement sur la même longueur d’ondes.
  • « oh, au lit, ça ne marche pas… Je n’ai jamais eu d’orgasme avec Maux ! Mais j’ai trouvé la robe pour le mariage ! » : toute femme douée d’un tant soit peu de logique pense immédiatement « quitte-le » histoire de stopper la progression du nombre de divorces en France. Mais non, un argument imparable et un parachute : les enfants qu’il faut forcément avoir –attend mais tu te rends pas compte, j’ai bientôt 25/30 ans ! Et communauté des biens en parachute doré.
  • Qui est-ce qui va finir avec un bien immobilier à léguer à ses charmants rejetons et une sécurité financière pas forcément négligeable ? Ben elles… Et vous ? Ben vous vous démerdez ! Ce n’est quand même pas de votre faute si l’Homme Charmant, beau, drôle, intelligent, responsable, créatif et bon au pieu n’apparait pas !
  • Elles ont la capacité de transformer en amour une situation économiquement viable. Elles n’ont donc pas à attendre l’apparition de l’Homme Charmant, elles le créent. Pendant que vous, vous marinez.
  • Elles apparaissent publiquement comme des cruches sans cervelle, préoccupées uniquement de leur apparence et plus tard de la popote mais au final c’est vous qui refusez de vous mettre avec le premier ou le deuxième ou le troisième ou le cinquantième Homme qui vous dit vous aimer, et attendez un Homme idéal. Qui c’est la VCR (Vraie Cruche Romantique) ?

Ont-elles vraiment tort ? Certes, elles sont terriblement agaçantes. Et si la cause des femmes doit compter sur elles pour avancer, on comprend mieux le recul du féminisme depuis mai 68. Facile de faire la fière avec des pavés quand le Créateur de magnifiques chaussures n’existait pas et qu’il faut se couper un bras pour en posséder !

Les « vraies » filles vivent non seulement pleinement dans la société, mais elles l’alimentent. Elles apparaissent donc ancrées dans la réalité.  Elles ont accepté des règles et joue, envers leurs désirs profonds – mis aux oubliettes, pour gagner. Et leur tactique peut être incroyable à observer.

Alors qu’à chaque disparition et rupture, vous récupérez un petit cœur en miettes en jurant que « JAMAIS JAMAIS PLUS JE N’AIMERAI ! », elles ont mis au pas les emballements de celui-ci et rentabilisent concrètement l’investissement. Terrible mais réaliste. Qu’opposer à la réalité ? Que vous, vous vivez à pouvoir vous regarder en face dans le miroir ? Chouette ! Mais elles, elles s’en fichent, tout simplement parce qu’un miroir, c’est fait pour se repoudrer le nez. Et point.

L’Auteur se contentera donc de dire qu’elles sont terriblement agaçantes et que c’est dommage de ne pouvoir leur coudre les lèvres –dans un premier temps pour éviter toute tentative de communication, dans un second temps, de reproduction- mais qu’elle reste fascinée par leur volonté irrépressible d’appartenance complète à leur société.

Chapeau bas finalement, Agaçantes Créatures : vous avez l’intelligence de non seulement savoir ce que vous voulez mais de savoir l’obtenir. Ensuite, gare à la chute si un jour vous vous rendez compte que vous auriez voulu connaître la passion, les rires, les vibrations car votre vie de rêve, bien pleine, vous semblera peut-être bien creuse ou trompe-l’oeil.

Jessica Galzin-Spackle

Read Full Post »

Après tout, la Femme a été considérée comme un objet durant des millénaires… Pourquoi ne pas remettre en cause quelques minutes le statut de l’Homme… L’auteur n’étant pas cruelle –tout du moins, moins que les hommes- elle ne tentera pas de vous convaincre que l’Homme se résume à un assemblage complexe d’atomes qui forment un truc beau ou potentiellement pratique. Non, l’Homme reste un être vivant… à l’utilité toujours indéterminée.

  • Evidemment, comme toujours, il y a des hommes, tout au long de l’histoire de l’humanité qui ont vécu et fait la démonstration qu’ils méritaient un tel statut en se montrant simplement « humains » envers leur prochain et leur prochaine. Si, quand même ! Admettons juste qu’ils sont rares…

Non, l’Homme est-il vraiment à placer au-dessus de beaucoup d’espèces et à glorifier du titre « être humain à part entière » ? Souvent, vous constatez que vous auriez moins de complications dans votre vie si vous aviez adopté un animal domestique.

  • Le plus : finies les prises de bec et de cœur.
  • Le moins : vous n’êtes pas zoophile.

Pourtant… l’Homme se laisse nourrir, cajoler, laver, habiller, brosser dans le sens du poil avec un plaisir évident. Tout comme un animal domestique lambda…

Vous vous revoyez vous pencher sur votre amant, s’étirant dans son lit que vous quittiez pour votre boulot… « J’ai l’air d’un môme, hein ? », vous a-t-il souri. Inconsciemment, vous avez flatté son menton –l’encolure, quoi : « non, d’un chat plutôt… Ou tout autre animal domestique. »

Ils rient. Quel Homme ne rit pas en entendant ces paroles ? Ils rient parce qu’ils n’entendent pas le sérieux derrière les propos. Que fait l’Homme qui devrait le rendre plus attractif que d’autres espèces… exception faite de sa capacité –ou pas d’ailleurs- à répondre à vos besoins primaires ?

Vous vous dîtes :

  • « ben mon Homme, je n’ai pas besoin de changer sa litière ! » Combien de femmes peuvent assurer qu’elles ne nettoient jamais deux gouttes laissées sur la faïence ? Ou de passer la brosse pour d’autres traces du crime commis ? Ou de rabaisser la lunette ?
  • « Oui mais mon Homme, je n’ai pas besoin de le promener ! » Ah ça non ! Vraiment ? Surtout dans les périodes d’intense calendrier sportif –JO, Coupe d’Europe, Coupe du Monde, Tour de France, Roland Garros- ou de sortie de jeu vidéo incontournable, il ne bouge guère, hypnotisé devant les corps sculpturaux des sportifs. Non, vous n’avez pas à le promener mais vous aimeriez bien qu’il sorte pourtant !
  • « Oui mais mon Homme, il ne perd pas ses poils. » Est-ce vraiment « vrai » ? Et à défaut de perdre ses poils, il perd pas mal de choses dans un appartement. Jamais un animal ne vous demande de retrouver à sa place l’endroit où il a mis ses clefs/ses lunettes/ses papiers du véhicules/son portable.
  • « Oui mais mon Homme ne gratte pas toute la nuit à la porte ! » D’abord, certains hommes en rentrant de soirée et ayant perdu leurs clefs peuvent très bien le faire. Ils font même encore plus de bruit. Ensuite, vous ne trouvez pas qu’ un Homme qui vous harcèle toutes les deux minutes pour que vous fassiez quelque chose qu’il veut, c’est la même ?

 

Bref, on peut aller loin…

Ainsi, à présent, figurez-vous l’Homme s’il était vraiment un animal domestique que vous auriez recueilli… Vous savez quels seraient vos premiers gestes à son arrivée ? Consacrés à son éducation pour que vous puissiez vivre harmonieusement avec sans être envahie. Ainsi, vous apprenez à votre animal quelles sont ses limites, ce qu’il a le droit ou pas de faire et quel est son rôle. Vous lui apprenez à vous respecter, simplement.

En quelques mois, l’animal s’adapte et apprend à respecter votre mode de vie. Vous rentrez le soir ? Il vous accueille en se frottant à vos jambes ou en s’offrant à vos caresses. Il est réellement réconfortant. A heure fixe, vous lui ouvrez son repas et vous n’entendez jamais qu’il en a marre de ce qu’on lui sert. Vous avez envie de câlins, d’une présence agréable parce que vous avez le blues ? Hop, votre animal sait qu’il est là pour vous.

Le véritable problème avec un Homme, c’est qu’éduquer en roi par une femme, sa mère, il croit qu’il peut investir un quotidien féminin comme à son habitude. « J’ai vu de la lumière et j’ai eu envie de vous envahir », dixit sir Ruber dans Excalibur, l’épée magique. Bien « dommage », vous n’êtes pas sa mère. (Si un Homme ose vous dire « bien dommage », posez-vous d’intenses questions…)

Et il serait temps, pour les générations futures de jeunes femmes, que non seulement les femmes actuelles commencent enfin à le signifier clairement mais que les Hommes acceptent enfin d’être des hommes et pas des attardés. A moins qu’ils n’acceptent enfin qu’à se comporter en animaux domestiques, on n’en mérite pas un traitement plus favorable.

Et Messieurs, pour vous convaincre, une raison toute simple et égoïste : c’est le genre de vie que vous voulez pour vos futures filles, d’être prises pour des boniches ?

Jessica Galzin-Spackle

Read Full Post »

Oui, cette semaine, nouvelle stupéfaction. L’Auteur ne s’est pas encore mise à l’illustration érotique cependant… et a donc décidé de détourner cette recherche sur Google pour vous offrir une chronique bien plus passionnante (si si…) sur les textes de cartes postales, une tradition qu’il faut sauver ! (Peut-être aussi parce que l’Auteur s’est offert la série de 36 cartes illustrées par Margaux Motin… et qu’elle est en train de les rédiger…)

Nous sommes quand même en pleine saison ! Les cartes ont patiemment bourgeonné et attendent d’éclore sous votre encre… Mais qu’écrire ?

  • « Le soleil brille, la mer est magnifique et les vacances, si attendues, sont appréciées »… C’est ennuyeux à souhait, hein ?
  • « Il pleut. Il pleut. Et il pleut encore. Jamais vu un été aussi pourri. » Alors, là, c’est non seulement ennuyeux mais à la limite de la dépression.

Pourquoi voulez-vous forcément écrire en rapport avec vos vacances ? Surtout que bon…

  • « Je fais la crêpe huit heures par jour pour me choper un bon cancer de la peau avant mes cinquante ans mais je m’hydrate en suçant les glaçons de mes quinze mojitos quotidiens…  une cirrhose, après tout, c’est super efficace ! »

…c’est assez commun, non ? Qui ne fait pas la même pendant les vacances ?!

 

  • Carte « Je t’aime » tagué sur un mur :

« Pour toi,
je voulais quelque chose de subtil et élégant pour ma déclaration d’amour !
Mais euh… ‘fallait quand même que tu puisses comprendre le message…
Yours,
Sicaline ! »

  • Carte « ô toi », envoyée directement au travail :

« Ô Toi, coincée au boulot…
En souvenir d’une réunion de travail inoubliable…
En hommage aux éclats de saphir fascinants…
Votre Sicabotine
…Vengeance pour avoir annulé notre verre… »

  • Carte « J’écris ce que je veux à qui je veux » :

« Et moi, c’est à toi que j’ai choisi d’écrire !
Bon, ok, ce n’est pas complètement désintéressé…
Mais ce n’est pas de ma faute à moi si tu n’as pas eu le bon goût de tomber folle amoureuse de moi !
Votre Sica ! »

  • Carte « elle tient un bouquet de marguerites » :

« Et voilà !
Encore une fois, IN-TROU-VA-BLES !
Pourquoi mais pourquoi faut-il que tes fleurs préférées soient des renoncules !?
Donc, tant pis pour toi ! Contente-toi de ce modeste bouquet…
aux mille pétales de mon amour que tu arraches sans un regard, Ô cruelle !
Ta Sicatrice »

  • Carte « il pleut des cœurs » :

« Carlotta Van den Goupil,
Je vous aime.
(Dis, dis, dis… ! « Il » y a jamais pensé, hein ?! Ah bah ! Tu vois, ça ne m’étonne pas du tout de la part de « celui-qui-m’a-volé-ton-cœur » ! Nan mais heureusement que je suis là !)
Sicaline ! »

  • Carte « Tavernier ! Pinard et pâté !» :

« Cette délicatesse… Cette élégance… Cette classe…
Une évidence pour moi…
C’est tout toi.
Que d’émotion !
A mon adorée,
Une éternité d’apéritifs endiablés !
Ta Sica-cahuètes en supplément, bon sang ! »

  • Carte « déguisée » :

« C’est pas parce que je pars pas que t’as pas le droit d’en recevoir une !
Et vlan ! En pleine face, voici mon écriture !!
Bisous du bureau, un truc auquel personne ne s’attend !
Sica »

  • Carte « Pocahontas » :

« Vous avez intérêt à bien profiter de la côte, du soleil… et du silence !
Car au retour, vous savez bien ce qui vous attend !
Ah ! Les petits-enfants, ce qu’il y a de chouette, c’est que ça finit toujours par grandir !
Je vous envoie un bisou d’encouragement !
Votre Sica ! »

  • Carte « Catwoman » :

« J’hésite toujours sur la tenue la plus appropriée pour me lancer dans mon activité de cambrioleuse ! Tu trouves que ça me boudine ?
En tout cas, tu remarqueras que j’ai réussi à me glisser dans ta boîte aux lettres sans encombre !!
Bisous ô Merveille !
Sica »

  • Carte « cheval, Johnny » :

« Tu vois, partir en vacances, ça fait penser des trucs pas très intelligents…
Alors cette année, je me suis dit « NON AUX VACANCES »
Mais ça ne m’empêche pas de pourrir ta boîte aux lettres.
Bisous !
Sica ! »

  • Carte « fille dans la tasse » :

« Dis-moi que je suis ta tasse de thé…
Bien à toi,
Sicaline
ps : avec un nuage de lait seulement ! »

  • Carte « paresseuse » :

« Et dire que j’ai pris cinq minutes pour t’écrire !
Entre tenir le stylo, trouver l’inspiration, acheter le timbre et aller à la poste, que de temps de bronzage perdu !
C’est pas que je t’en veux… mais presque.
Sicasse-pied ! »

  • Carte « clope urbaine »

« Tu es couverte de coups de soleil ? Les mômes dans le train étaient odieux ? Tu détestes les gens qui parlent avé l’assent que tu comprends rien ? Tu t’es perdue en rase campagne avec ton vélo ?
Ma pauvre !
Moi qui profite d’une douce tasse de thé Sakura, sur fond de pierres fraîches et air nicotineux aux reflets ensoleillés… je t’envoie ce « na ! »
Ta Sicadorable ! »

  • Pour ce qui est de la carte classique et affreusement kitsch du coin :

« Ben comme tu le vois, y’avait rien d’autre à acheter, donc j’écris pas trop, histoire que tu t’attaches pas trop à ma carte et que tu n’aies aucune culpabilité à ne pas la montrer.
Sica ! »

  • Pour la carte « recette de cuisine » :

« Tu sais ce à quoi je m’attends pour notre prochain dîner…
Parce que bon, la dernière fois…
Bref, maintenant, tu sais.
Sicasseroles que je n’utilise jamais, normal, je n’aime pas faire la vaisselle ! »

  • Pour la carte « filles en maillot de bain » :

« Cher Maux,
J’ai pensé à toi et à ta très mauvaise habitude de regarder les autres filles.
Alors plutôt qu’une photo de moi, je me suis dit qu’un bikini minuscule sur le corps d’un mannequin devrait trouver grâce à tes yeux.
Ne me remercie pas, Obsédé !
Sica ! »

  • Pour la carte « photo d’artiste » :

« Paris me manque tellement !
Je n’ose pas défaire mes bagages… j’hésite encore à prendre le train du soir pour revenir claquer des talons sur les pavés et remplir mes poumons de cet air vicié dont je suis déjà en manque !
A moi, ta Sicaline ! »

Je crois en avoir mis pour tous les goûts ! Enfin, Sicaliens, Sicaliennes… A vos stylos !

Si vous étiez nombreux, j’adorerais lancer un concours du texte le plus original de la carte postale… (bon, ceux qui essaieront gagneront un dessin de ma main !) (mais un beau, sur lequel j’aurais sérieusement planché, promis !) (voire une toile, si vous préférez !)

 

Jessica Galzin-Spackle

 

Read Full Post »