Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for avril 2012

 A l’heure actuelle, le couple affronte, du fait des profondes mutations en cours dans nos sociétés depuis près de dix ans, une dure épreuve à laquelle il n’est pas sûr de résister : aménager ensemble, se meubler et donc décorer son nid.

Las, pour une fois, nous pouvons regretter l’ère patriarcale complète où l’homme se devait de se désintéresser de ces « trucs de filles ». En effet, aujourd’hui, rares sont les couples où la femme prend seule les décisions en matière de décoration même si elle garde l’aura de « l’expérience innée génétique ».

Nous pouvons par ailleurs nous en vouloir : à force de vouloir faire les choses à deux et que le nid amoureux soit l’illustration de l’union, les hommes ont décidé qu’ils avaient le droit d’avoir des idées propres en matière de déco et le droit d’exprimer leur personnalité sur les murs.

Or au sein de tous les couples, les deux entités n’ont pas forcément la même vision d’un appartement, de sa conception pratique et de son habillage.

La décoration s’est donc découvert un fort potentiel logomachique dans nos couples. Entre les pros « amateurs-designer » et ceux qui ont de l’affection à revendre, les femmes naviguent dans des eaux amères, entre diplomatie et rage. Elles ne peuvent pas reculer : « nous habiterons dans ma décoration » sonne mal à l’heure où elles réclament l’égalité des tâches, de salaire et de présence auprès des enfants. Et oui, partager les corvées implique aussi qu’on partage les plaisirs…

  • Ainsi, monsieur pourra mettre dans la bibliothèque du salon, bien en vue, l’affreux Troll de 32 cm que ses amis lui ont offert quand il a quitté la Suède. Madame l’artiste pourra encadrer ses « œuvres » et les clouer sur tous les murs.

Ce serait tellement plus simple si seulement l’un des deux prenait en charge la tâche tout en respectant les vetos de son colocataire d’amant(e).  Admettons quand même que certaines femmes devraient s’abstenir : comme il y a de grands cuisiniers et de grands couturiers, il y aussi de piètres décoratrices d’intérieur.

  • « Non mais chéri(e), tu sais, la déco, c’est surtout une histoire de bon goût » Alors autant dire que cette phrase a le don de déclencher environ 3000 micro guerres mondiales toutes les cinq minutes.

Malheureusement pour la majorité des femmes, leur mec n’est pas daltonien. Quand il ne peut pas envisager les couleurs, c’est facile de refuser l’aide de son compagnon. Mais quand il a une vue tout aussi « normale » que la vôtre…

Puis, il y a les joies du shopping. Ces merveilleuses promenades main dans la main de vide-greniers en antiquaires, en « grands-espaces-vendeurs-de-meubles-en-kit »… La femme fait alors la démonstration de son plus grand talent : sa supériorité diplomatique.

Scène usuelle

« Parfait. C’est exactement le vase qu’il nous fallait dans le salon, mon chéri. 

-Mais, chérie, on était venu pour le lit.

-Oui, mais puisqu’on est là et que j’ai trouvé le vase parfait, deux en un !

-Tu as vu le prix de ce truc ? On sera juste pour meubler l’appart’. Il n’est pas vital ce vase.

-Si. Il parachève l’atmosphère du salon. La petite touche chaleur qui lui manquait.

-Il est très bien le salon. Tu n’avais jamais dit qu’il manquait un vase.

-Je ne savais pas que c’était un vase qui lui manquait alors. Je t’avais dit qu’il manquait un « truc ». »

Cinq minutes plus tard…

« Bien, d’accord, puisque c’est comme ça, tu as raison ! Un vase sur une bibliothèque, c’est idiot ! On n’a pas besoin de ce vase ! Je le repose ! « Chéri » !»

Dix minutes encore plus tard…

« Non, chérie, mais ne fais pas la tête. Prend-le ton vase.

-Non. On n’en a pas besoin.

-Prend-le. Comme je te connais, dans trois mois, tu m’en parleras encore.

-Non, et comme je te connais, si je le prends, dans trois mois, tu diras encore qu’il était inutile. 

-Mais bien sûr que non, chérie. J’ai bien compris qu’il fait déjà partie intégrante de la décoration à laquelle on pensait. »

Douze minutes toujours plus tard…

« Bon, tu es sûr que je le prends, ce vase ? C’est ce que tu veux ?

-Oui, chérie, il sera parfait dans le salon, sur la table.

-Puisque tu veux absolument le prendre, allons-y. »

Vase acheté.

« Je pense quand même qu’il sera mieux dans la bibliothèque, chéri. »

Echec et mat.

Mesdemoiselles, Mesdames, cessez donc de vous inquiéter : tout vient à point à qui sait attendre. Enfin, pour l’horrible Troll trop moche, une chute est si vite arrivée !

Jessica Galzin-Spalke

Publicités

Read Full Post »

Oui, le jour où vous l’avez rencontré était…particulier. Pour nombre de femmes, il s’agissait d’un galop d’essai dans leur vie. Mais bon, ça arrive à des gens très biens de rencontrer leur partenaire dans un sexshop ! Si si, rassurez-vous. (L’auteur n’a pas d’exemple en tête, à l’instant, mais ça doit sûrement arriver !)

La première fois a été…oui vous avez pleinement ressenti les vibrations positives qui en émanait ! Votre union n’était pas due au hasard. D’une certaine manière, vous vous êtes très bien choisis.

Toujours disponible, partant quand vous êtes partante, rassurant -il ne vous critique jamais, lui- et une assurance d’orgasme

Pourquoi voudriez-vous d’un homme alors que Sextoy est entré dans votre vie ?!

Après tout, Sextoy non plus ne pensera jamais à refermer le tube de dentifrice ! Alors qu’est-ce qui différencie Sextoy de l’homme ?

Et bien, tout d’abord, lui n’ouvrira jamais le tube de dentifrice ! Donc rien à craindre de ce côté-là ! Sextoy ne porte pas non plus de caleçon ni de chaussettes. Par conséquent, il ne joue jamais au jeu que les femmes ne comprennent pas : celui du Petit Poucet, avec les fringues abandonnées aux quatre coins d’un appartement.

De même, Sextoy ne prononce jamais certaines phrases détestables :

  • Je suis trop fatigué ce soir (Sextoy n’est jamais fatigué)
  • J’ai envie de dormir (Sextoy dort quand vous n’êtes pas là)
  • T’as fait quoi à manger ? (Sextoy est fort, il se débrouille sans vous)
  • On fait quoi ce soir ? (Sextoy ne vous culpabilise pas de vouloir ne rien faire)
  • Tu regardais le film ? Mais là, c’est un truc génial ! (Sextoy ne vous pique jamais la télécommande)
  • Qui c’était ce mec, hier soir ? (Sextoy n’est jamais jaloux)
  • Je suis désolé, c’était tellement bon, j’ai pas su me retenir. (Sextoy est vraiment fort)
  • C’est tellement dur de vous donner un orgasme, aussi. (Sextoy est incroyable et efficace)

Non, avec Sextoy, deux minutes chrono. En gros, il faut surtout savoir où on va. Non, Sextoy, lui, vous respecte : il continuera jusqu’au bout! Vous savez au plus profond de vous-même que vous pourrez TOUJOURS compter sur lui. C’est une certitude ! Tandis que l’homme, du fait de son humanité inhérente, est potentiellement faillible…

Amie Anonyme témoigne qu’elle a failli se livrer à un jeune homme rencontré en boîte de nuit : « j’ai failli lui dire « franchement, finalement, ce soir, je préfère rejoindre mon Sextoy ». Au moment où il est venu me draguer et que je me disais qu’il était intéressant et que j’avais vraiment envie de lui… est venue dans mon esprit cette pensée saugrenue : je serais trop déçue s’il n’était pas doué. Et qu’il était bien dommage qu’il ne soit pas mon Sextoy… car de ce côté-là, j’ai l’assurance d’être pleinement rassasiée. »

Et puis, Sextoy, si vous l’installez sur l’oreiller à côté du vôtre, a autant d’écoute qu’un homme. A bien y réfléchir, quand vous vous épanchez auprès de votre homme, et que vous en arrivez au fatidique « t’en penses quoi, toi ? », souvent, le silence est votre seule réponse. Sextoy aussi préfère rester silencieux.

Le vrai problème, ce sont les sorties. D’abord, Sextoy est limité en ce qui concerne sa garde-robe. Si vous l’avez rencontré rose à étoile verte, il sera toujours ainsi. Pour les enterrements, vous aurez du mal à assumer son soutien. Malgré toute sa sincérité. Ensuite, il y a le regard de notre société sur ce genre de relation…

  • Mais tu n’auras jamais d’enfant !
  • Il n’a même pas de boulot ! Chô-meur.
  • Un squatteur!
  • Aucune initiative ! Il t’attend à longueur de journée !
  • Franchement, il n’a aucune culture… et rien à dire.

D’un autre côté, vous remarquerez que ces quelques remarques peuvent très bien s’adresser à pas mal d’hommes…

Mais la différence, pour notre société, c’est que l’Homme est un être humain, avec du sang pompé par un petit cœur qui bat. Et que dès lors, il y a de la vie envisagée. Et s’il y a de la vie, alors, il y a de l’espoir. (mouais…)

Mais Sextoy ne respirant pas, pour une union libre avec lui, vous devrez la vivre dans le mensonge. Vous vous cacherez et n’oserez pas inviter votre famille et vos amis pour votre Jubilé. Et ça, ça peut casser un couple, Sextoy pouvant se sentir rejeté non seulement par la société, mais par vous.

Alors, un conseil : si vous ne vous sentez pas suffisamment forte pour braver les interdits sociétaux, même si l’auteur vous comprend, gardez quelques distances affectives avec Sextoy. Et préoccupez-vous uniquement d’épicer régulièrement votre liaison !

Jessica Galzin-Spalke

Quant à l’auteur, il est vraiment temps qu’elle rencontre le Sextoy de sa Vie !

Read Full Post »

En sortant de votre librairie préférée –vous les aimez toutes en fait, surtout celles ouvertes le dimanche, vous vous rendez compte que vous avez des goûts pour le moins éclectiques en matière de lecture alors que dans le fond, si vous deviez faire un choix, vous n’opteriez que pour des romans légers. Néanmoins, vous aimez lire et vous êtes de nature curieuse :

  •  Un Edith Wharton,
  • Un roman pour ados : Artemis Fowl
  • La domesticité féminine en 1900,
  • Un Matheson,
  •  Un manga de Mari Okasaki
  • Un Sherlock Holmes

En parallèle, vous est venue à l’esprit la liste de vos conquêtes : (1)

  • des petits, des moyens, des grands et des très grands
  • des chauves, des « en-cours-de-calvitie », des « longueur-normale », des chevelus, des lisses, des bouclés, des frisés, des crépus
  • des roux, des blonds, des châtains, des bruns, des grisonnants
  • des yeux gris, bleus, verts, vairon, marron, noisette
  • des jeunes, des mêmes-âges, des moins-jeunes, des plus-âgés
  • des intelligents, des bêtes, des cultivés, des abrutis, etc…
  • des gentils, des « à-l’ouest », des empaffés, des pervers

Le choc : vous choisissez les hommes comme les livres, au hasard !… ou au gré des rencontres… Vraiment, vous êtes surprise. Vous qui êtes pourtant si pinailleuse quand il s’agit de chaussures. Non seulement vous pouvez parfois faire une centaine de boutiques sans en acheter si elles ne correspondent pas à vos critères mais 90 % de vos chaussures correspondent à un type précis : très hauts talons, noires, cuir et doublées cuir. Et leur recherche était… épuisante!

Une corrélation s’insinue : vous aimez les hommes grands, bruns, aux belles mains… Grands, les talons ; bruns, la couleur ; et les mains, la cambrure ! Vous vous rendez alors compte que vous faites un transfert ! Vos chaussures sont les hommes de votre vie ! Comme vous avez les bonnes chaussures à vos pieds, vous ne vous êtes plus préoccupée des hommes !

Or, de toute évidence, les hommes ne sont pas à considérer comme des livres. Trop volage comme considération ! (Tout dépend, néanmoins… Vous ne vous plaindrez jamais d’avoir trop de lecture !) Non, les femmes sont censées rechercher l’Homme, leur « Chaussure-à-leur-pied ». (Ensuite, chacune fait comme il lui plait !)

Et autour de vous, la théorie se confirme !

TEMOIGNAGE SMS-IQUE

  • Amie Anonyme : Dans ce cas, les chaussures de Mouton Exilé sont blanches et beige clair. Et moi, j’ai des chaussures jaunes. Je ne suis pas sûre d’aimer l’idée que tu n’es pas la seule femme à faire ça !
    Sica : Tu es folle de Ren, Japonais ! C’est inconscient mais ton choix en dit long ! Enorme ! Regardez vos chaussures, Mesdemoiselles, vous avez le portrait type de l’homme que vous recherchez !
    Amie Anonyme : looool ! Ca peut marcher ta théorie !
    Sica : Morte de rire : ai transféré ton message à Mouton Exilé : elle te demande de sortir de dessous son bureau : car ses ballerines sont effectivement blanches et beige avec petites fleurs dessus aujourd’hui !
    Amie Anonyme : Noooon ?!
    Sica : Ce qui correspond à sa dernière conquête.
    Amie Anonyme : Moi, ma paire actuelle est plate mais confortable, et mignonne quand même. Je rêve de la paire de talons aiguille noire mais ce n’est pas pour moi. Décidément, je n’aime pas trop cette idée… mais il y a du vrai.
    Sica : c’est cool ! J’ai de quoi écrire un papier !

CONCLUSION

Mesdemoiselles, Mesdames,

Vous ne savez pas pour quelle raison vous ne trouvez pas l’Homme ? Vous ne comprenez pas pour quelle raison vous vous lassez si vite des hommes ? Tournez vos yeux sur vos chaussures préférées, ou les chaussures du moment, et analysez-les.

Dès lors, vous avez clés en main pour le prochain ! En effet, quand on sait ce qu’on recherche, les difficultés s’aplanissent.

N’oubliez pas désormais : les hommes sont des chaussures, pas des livres.

Jessica Galzin-Spalke

(1)    Aide à la classification Sicalienne

  • très grand : supérieur à 1m95
  • grand : supérieur à 1m85
  • moyen : entre 1m78 et 1m85
  • petit : inférieur à 1m75

Dernière chose : cette semaine, partez à la découverte de Gâtechien : http://www.myspace.com/gatechien. Original, non ?

Read Full Post »